BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

A qui s’adresse Ouyahia en évoquant le problème des migrants subsahariens ?

DIA-11 juillet 2017: Les déclarations du secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia qui est aussi ministre d`Etat, directeur de cabinet de la présidence de la République, sur les migrants subsahariens ont suscité des réactions plutôt bizarres. Alors que le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a soutenu Ouyahia, l’ONG Amnesty international a réagi rapidement sans analyser  ni connaître les retombés de ses déclarations. 
Diplomate de formation, Ouyahia qui est un grand connaisseur de l’Afrique, a indiqué que les migrants qui envahissent l’Algérie constituent une source de criminalité et de plusieurs autres fléaux. Intervenant sur la chaîne Ennahar Tv, il ‘a estimé que «ces migrants qui sont en séjour irrégulier sont source de crime, de drogue et de plusieurs autres fléaux». Il a ajouté : «On ne dit pas aux autorités, jetez ces migrants à la mer ou au-delà des déserts. Mais le séjour en Algérie doit obéir à des règles. On ne laissera pas le peuple algérien souffrir de l’anarchie».
De son côté, Amnesty International a jugé les propos d’Ouyahia «choquants et scandaleux». «De tels propos alimentent le racisme et favorisent la discrimination et le rejet de ces personnes. Nous rappelons à M. Ouyahia que ces personnes ont fui les guerres, la violence et la pauvreté. Elles sont venues en Algérie chercher la paix et la sécurité. Il est de notre responsabilité de les accueillir, conformément aux textes internationaux signés et ratifiés par l’Algérie», a souligné cette ONG dans son communiqué.
En fait, on aurait souhaité qu’Amnesty International réagisse avec la même promptitude aux crimes quotidiens que commettent les sionistes Israéliens à l’encontre des enfants, des femmes et des vieux palestiniens désarmés. Amnesty international n’est pas du tout branchée sur ce qui se passe en Palestine ou au Sahara occidental, mais s’inquiète de la situation des migrants subsahariens qui vivent des dons des Algériens et des aides de l’Etat.
C’est pour ces raisons que  le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a apporté son soutien à Ouyahia. Il a conforté les déclarations du secrétaire  général du RND en affirmant  que le gouvernement était en phase de «prendre des mesures urgentes» pour faire face au flux important de migrants clandestins, derrière lequel se cachent des «réseaux organisés».
Il a repris les propos d’Ouyahia en précisant que «le phénomène constitue désormais « une menace pour la sécurité nationale».
Si les propos de Messahel sont diplomatiques, le président du MSP, Abderrezak Makri s’était exprimé sans obligation de réserve sur les migrants. Il a relevé que les pays de la rive sud de la Méditerranée ont demandé aux pays d’Afrique du Nord, notamment l’Algérie, «de retenir ces migrants à leur niveau». C’est ce qui semble se produire dans la mesure où on assiste à une arrivée massive de migrants subsahariens dans toutes les villes du pays. Aucune région du pays n’a été épargnée.
Les conséquences de l’intervention française au Mali et en République centrafricaine
Certains analystes ont estimé que ce flux de migrants est la conséquence des  interventions militaires de la France au Nord du Mali, au Niger et en République centrafricaine. Pour rappel, l’intervention au Nord du Mali a été baptisée «Opération Serval» par l’ancien ministre français de la Défense au temps de François Hollande, Jean-Yves Le Drian. Le serval est un félin agile et rapide.
Aujourd’hui, Le Drian est ministre des Affaires étrangères et multiplie ses visites et contacts avec les responsables algériens dans le but de limiter les dégâts des conséquences des interventions françaises en Afrique.
Cela explique, en fait, la sortie de Ouyahia qui considère que ce flux migratoire draine dans son sillage des terroristes, des narcotrafiquants et des bandits. Cela constitue une menace réelle pour la sécurité du pays. Il s’agit en vérité d’une réponse d’Ouyahia aux dirigeants français qui ne cessent de solliciter l’Algérie pour résoudre les conflits au Nord du Mali notamment.
Amir Hani 
 
TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

DIA-BOUTEF CONSEIL

Conseil des ministres : Le Président Bouteflika exhorte le gouvernement à assurer le paiement des créances des entreprises 

DIA-22 Novembre 2017: Comme il fallait s’y attendre, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ...

Un commentaire

  1. Ce faux débat entre un KDS (OU-YAYA) et un OUJDI par adoption (ME-SAHEL) est un aveu d’incompétence, d’absence d’anticipation sur les enjeux géostratégiques sur ce que les experts occidentaux appellent LES MIGRATIONS CLIMATIQUES, ce que ces deux décideurs ignorent c’est ce problème va s’amplifier à l’avenir……… (Gouverner c’est prévoir) comme à dit le Général DE-GAULLE.

    Le blocage d’une partie des migrants (dans les pays d’Afrique du Nord) est le résultats du chantage de l’Union Européenne vis à vis des pouvoirs politiques des pays d’Afrique du Nord, qui leurs a intimé l’ordre de les contenir sur leurs territoires.

    Regardez l’attitude du diable ERDOGAN qui à réussi à obtenir de l’Union Européenne 5 MDS de $$ en contre partie du blocage des migrants en Turquie…..Ce précédant doit inspirer les dirigeants nord Africains…….. !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *