Abdelghani Hamel hué par les citoyens et des policiers qu'il avait licenciés - DIA
42124
single,single-post,postid-42124,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
POPULATION

Abdelghani Hamel hué par les citoyens et des policiers qu’il avait licenciés

DIA-29 avril 2019: Une foule nombreuse était venue attendre ce lundi l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le Général major à la retraite Abdelghani Hamel qui a comparu devant le tribunal de première instance de Tipasa. Il a été fortement hué par les citoyens présents devant le tribunal.
A cette occasion, des citoyens ont scandé des slogans contre la corruption et ont réclamé que justice soit faite aussi de nombreux agents de l’ordre, victimes de licenciement au temps de Hamel, étaient venus protester contre «la mauvaise gestion des affaires de la DGSN durant la période du Général-major».
L’audience de Hamed avait duré de près de deux heures devant le juge d’instruction dans le cadre d’une enquête en cours sur des présomptions de corruption.
Hamel a comparu devant le juge d’instruction sans qu’aucune accusation ne lui soit portée en cette première audience qui se poursuivra dans les prochains jours.
C’est au milieu d’un important dispositif sécuritaire et d’une foule de journalistes que Hamel s’est présenté au tribunal seul et non accompagné de son fils, comme annoncé précédemment, en vue d’être entendu par le juge d’instruction.
Pour rappel, le tribunal de Tipasa a ouvert une enquête judiciaire sur des affaires de corruption relatives à « des activités illégales », « trafic d’influence » et « dilapidation du foncier ».
Plusieurs hauts responsables sont actuellement traînés devant la justice pour des affaires de corruption et de trafic d’influence. Ces comparutions interviennent dans le sillage des marches et manifestations populaires pacifiques que connait le pays depuis le 22 février dernier. 
Mohamed Nassim