DIA | Agression marocaine à EL Guerguarat: La presse Allemande s’intéresse à la cause du Peuple Sahraoui
56935
post-template-default,single,single-post,postid-56935,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Agression marocaine à EL Guerguarat: La presse Allemande s’intéresse à la cause du Peuple Sahraoui

DIA-20 novembre 2020: La presse allemande de ce jour,  s’est intéressée à la question du Sahara occidental Le «  Suddeutsche Zeitung » sous le titre Une guerre chaude dans le désert «  indique qu’ « une guerre se profile à l’horizon au Sahara Occidental et le Polisario tente de démonter  via des vidéos  dans les réseaux sociaux, aussi bien aux partisans qu’aux adversaires la détermination de leur peuple pour libérer la partie occupée par le Maroc » tout en soulignant que, depuis 1973, le Polisario lutte pour l’indépendance , mais n’a pas pu l’obtenir ».

Le quotidien note que ces derniers développements pourraient profiter au mouvement de libération pour attirer de nouveau l’attention sur sa cause «  le référendum sur l’avenir du territoire, convenu dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu de 1991,  n’a pas été organisé, à ce jour, en raison des désaccords entre le Maroc et le Polisario ». «  le Maroc entend offrir tout au plus une autonomie à  ce territoire, mais pas d’indépendance  et tente de normaliser de façon larvée  son occupation, à travers par exemple, des accords de pêche avec l’UE ou de petits succès diplomatique » a indiqué le journal. Depuis la démission en mai 2019, de l’ancien  Président Fédéral HORST Kohler, en tant que dernier envoyé spécial de l’ONU, « aucune évolution n’a été enregistrée au niveau diplomatique et, maintenant il y ‘a risque de voir le conflit militaire reprendre » conclut le journal.

Pour sa part, le Frankfurter Allgemeine Zeitung » sous le titre « Une Guerre pour le Sahara » indique que « l’inquiétude augmente de voir une deuxième guerre éclater en Afrique, après la confrontation militaire en Ethiopie ».

Le journal ajoute que le Polisario a annoncé vendredi dernier la fin du cessez-le-feu avec le Maroc, suite à l’opération militaire des forces de sécurité marocaines dans la zone tampon démilitarisée. Tout en précisant que l’information, selon laquelle « le Polisario aurait attaqué des positions militaires marocaines  faisant plusieurs morts, n’a pas été confirmé, par des sources indépendantes ».

Par ailleurs, le journal reprends la déclaration  de M.Jarith Abduh, responsable du Polisario, indiquant que » la guerre continuera et s’étendra sur l’ensemble du territoire du Sahara Occidental, tant que les Nations Unies ne seront pas à la hauteur de leur responsabilité  et n’exerceront pas des pressions sur le Maroc pour l’amener à tenir les engagements pris en 1991 ».

Il rappelle qu’un référendum sur l’avenier de l’ancienne colonie espagnole devait avoir lieu en 1992. «  en 1975 l’Espagne s’est retiré de ces territoires riches en phosphate, le Maroc les a occupé et annexé environ 80% du territoire » tout en soulignant que la mission de l’ONU  « MINURSO » qui surveille ; depuis 1991, le cessez-le –feu, a tenté d’organise un référendum, mais sans succès ». aussi, l’ancien Président fédéral Horst Kohler avait entrepris, en tant qu’envoyé spécial de l’ONU, une tentative pour relancer les négociations mais celle-ci a également échoué » ajoute le journal.

Le journal note que cette situation a augmenté la frustration, en particulier chez la jeune génération sahraouie qui appelle à reprendre les armes, notamment, après l’adoption par le conseil de sécurité de l’ONU de la dernière résolution.

Le grand journal allemand n’hésite pas à faire lien en soulignant que «  le Maroc qui est devenu partenaire important pour l’occident, notamment dans la lutte contre la migration illégale, est plus en plus cité comme pays qui pourrait reconnaitre Israël, comme l’ont fait les Emirats Arabes Unis ». Il en conclut qu’il aurait « une sorte de contre partie diplomatique » en ce sens ou les Gouvernements occidentaux pourraient reconnaitre la marocanité du Sahara occidental, si le Maroc suit l’exemple émirati. Mais, cela suppose que le calme revienne, d’abord, au Sahara occidental ».