DIA | Agression marocaine à Guerguerat : les premières conséquences de la normalisation des relations avec Israël
56813
post-template-default,single,single-post,postid-56813,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Agression marocaine à Guerguerat : les premières conséquences de la normalisation des relations avec Israël

DIA-15 novembre 2020: L’agression marocaine à Guerguerat dans les territoires libérés de la République arabe sahraouie démocratique RASD est considérée comme une des premières conséquences de la normalisation des relations de certains pays arabes avec l’entité sioniste.

Cette agression qui vise à embraser la région, suite à la transgression du cessez-le-feu  par l’occupant marocain avec le Polisario est intervenue quelques jours après l’ouverture d’un consulat des Emirats arabes unis à El Ayoune. Les Emirats sont ainsi devenus le premier pays arabe à ouvrir un consulat dans les territoires occupés. Une décision prise avec la complicité des autres pays arabes, notamment les monarchies du Golfe.

Auparavant, les Emirats avaient normalisé leurs relations avec Israël en ouvrant une représentation diplomatique à Tel-Aviv. Il faut relever que le Maroc entretient des relations amicales pour ne pas dire privilégiées avec l’Etat sioniste et se dirige vers leur normalisation.

Cela explique ce qui se passe dans la région, à savoir les dépassements de l’occupant marocain, soutenu par l’entité sioniste et la France, en sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations-Unies. La France n’a jamais utilisé son droit de veto pour régler définitivement la question du Sahara occidental qui demeure une affaire de décolonisation relevant de l’ONU.

En somme, le Maroc bénéficie du soutien du lobby sioniste ce qui explique une certaine impunité dont il jouit.  

Mohamed Nassim