Akram Kharief, expert en sécurité: "Cette attaque est plus politique que militaire" - DIA
30985
single,single-post,postid-30985,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Akram Kharief

Akram Kharief, expert en sécurité: « Cette attaque est plus politique que militaire »

DIA- 14 avril 2018: Pour mieux comprendre les intentions américaines dans cette attaque aux missiles en Syrie, nous avons approché un expert en sécurité, Akram Kharief, qui dirige le site spécialisé défense. Menadefense, et cela pour mieux décrypter cette situation militaire complexe.        

DIA : Comment jugez-vous militairement les attaques américaines ?

Akram Kherief : L’attaque de la coalition sur des cibles en Syrie a été très limitée et a visé sept cibles dont plusieurs aéroports militaires. Nous sommes loin de la campagne de décapitation du régime syrien promise par Donald Trump. Il n’y a pas eu d’attaque directe sur des cibles militaires iraniennes ou russes. En gros, c’est une opération militaire assez limitée qui avait des visées politiques de détournement de l’opinion publique.

DIA : Pourquoi les russes n’ont pas réagi militairement ?

A.K : Il n’y a pas eu d’engagement de regroupement de troupes russes ou de bases russes, la Russie a tout de même riposté en abattant une grande partie des missiles de croisière lancés et en empêchant par leur présence les avions de procéder à des tirs de précision en se rapprochant de leurs cibles.

DIA : Peut-on parler d’entente militaire entre Russes et américains sur le choix des cibles ?

A.K : Non les deux pays sont dans un réel désaccord, il y a même eu insultes proférées à l’encontre du président russe. Moscou vie comme une injustice les affaires Skripal et le gazage de Douma. L’attitude très imprédictible de Trump est aussi un facteur de danger. Il reste que les USA ont montré à travers cette attaque, une intention plus politique que militaire. Ils ont démontré qu’ils n’allaient pas vers l’escalade, en ne ciblant pas les iraniens et les russes et en n’essayant pas de décapiter l’armée syrienne. 

Entretien réalisé par Salim Aggar