DIA | Algérie-France: après l’entretien téléphonique Tebboune-Macron, la relance du CIHN se précise
52398
post-template-default,single,single-post,postid-52398,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Algérie-France: après l’entretien téléphonique Tebboune-Macron, la relance du CIHN se précise

DIA-27 juin 2020: La reprise des contacts au plus haut niveau entre l’Algérie et la France ainsi que la relance de la coopération bilatérale dans tous les domaines entre les deux pays ont été au centre de l’entretien téléphonique qu’a eu ce samedi le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avec son homologue français, Emmanuel Macron.

C’est le deuxième entretien téléphonique entre les deux Présidents en l’espace d’un mois, ce qui dénote des relations spéciales qu’entretiennent les deux pays. Des relations tantôt tumultueuses et tantôt privilégiées pour des raisons historiques.

Les deux pays sont liés par une histoire commune et des relations profondes en raison de l’existence de plusieurs couples mixtes. La communauté algérienne en France est la plus importante dans ce pays, ce qui influe directement sur les relations entre l’Algérie et la France.

A travers toute l’Histoire, les relations entre les deux pays ont connu des hauts et des débats en fonction des conjonctures, mais elles demeurent profondes sur tous les plans.

La position de la France lors du Hirak qu’a connu l’Algérie en 2019 n’a pas été du goût de l’actuel Pouvoir. La France avait tenté de s’ingérer et de protéger l’ancien Pouvoir que dirigeait Abdelaziz Bouteflika.

Pour rappel, juste après son élection, le Président Tebboune, avait déclaré qu’il ne répondrait pas à Macron. «Je ne réponds pas à Macron, c’est le peuple qui m’a élu», avait affirmé le Président Tebboune, lors de sa première conférence de presse juste après son élection.

En définitive c’est Macron qui l’avait appelé au téléphone pour le féliciter ! Auparavant, Macron n’avait pas osé féliciter le Président Tebboune, quand il avait déclaré «avoir pris acte de l’élection de Tebboune», appelant le Pouvoir algérien à «dialoguer avec le peuple».

Une déclaration qui s’apparentait à une ingérence de la part de Macron, lequel a fini par appeler Tebboune pour le féliciter de vive voix.

Cela avait amené le nouveau Pouvoir en Algérie à tourner le dos à la France en privilégiant la coopération avec la Chine, les Etats-Unis et la Turquie. Cette nouvelle donne a amené la France à revenir à de meilleurs sentiments en tentant de se rapprocher des nouveaux dirigeants du pays, surtout après l’échec des deux visites effectuées en Algérie par le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

Emmanuel Macron, qui avait obtenu le soutien de l’Algérie pour son élection à la présidence de la République avait déjà effectué une visite officielle en Algérie au temps de Abdelaziz Bouteflika.

L’entretien Tebboune-Macron vise ainsi à relancer la réunion du Comité mixte algéro-français (COMEFA) , prélude pour la tenue du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN).

Ce dernier ne s’est pas réuni depuis 2018, alors qu’il a été institué dans le sillage des relations privilégiées et le partenariat d’exception entre les deux pays.

Amir Hani