DIA | Les Algériens marcheront ce vendredi contre Bedoui et Bensalah
41472
post-template-default,single,single-post,postid-41472,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les Algériens marcheront ce vendredi contre Bedoui et Bensalah

DIA-04 avril 2019: Les Algériens s’apprêtent à marcher demain pour le 7e vendredi consécutif, malgré la démission du Président Abdelaziz Bouteflika. Il est vrai que ces marches et manifestations populaires, qui ont débuté le 22 février dernier à travers tout le territoire national, ont abouti au départ du Président de la République, mais les manifestants exigent encore plus.
Ils revendiquent le départ du système ou plutôt ceux qui ont été nommés par Bouteflika et qui sont toujours en poste. Selon les massages et les mots d’ordre échangés sur les réseaux sociaux par les Algériens, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, sera bien cité à l’occasion des marches de demain.
Les manifestants refusent que Bedoui, qui était ministre de l’Intérieur, soit maintenu à la tête du gouvernement qui gérera la période de transition. Pour les internautes, Bedoui a été ministre de l’Intérieur et avait ouvertement œuvré en faveur du 5e mandat du Président démissionnaire, Abdelaziz Bouteflika. Il avait soutenu ouvertement l’ancien Président pour un nouveau mandat alors qu’il était ministre de l’Intérieur.
Dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux, les Algériens s’étonnent que Bedoui en tant que ministre de l’Intérieur avait interdit l’agrément de nouveaux partis politiques et de syndicats et promet leur agrément en sa qualité de Premier ministre.
Les Algériens refusent aussi, dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux, que le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, dirige la période de transition. Ils refusent aussi que le président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, soit désigné à la place de Bensalah, conformément aux dispositions de la Constitution.
Ce sera en somme un vendredi de refus de trois symboles du Pouvoir qui incarner pour les Algériens la corruption, le népotisme, le clientélisme et la hogra.
Amir Hani