Ambiance délétère à l’APN: Les complots amateurs de Said Bouhadja - DIA
30210
single,single-post,postid-30210,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Bouhadja

Ambiance délétère à l’APN: Les complots amateurs de Said Bouhadja

DIA-27 mars 2018: Illustre inconnu avant sa nomination au perchoir de l’Assemblée Nationale, Said Bouhadja, cacique du FLN semble avoir des ambitions démesurées. A 80 ans, cet ancien Porte-parole du FLN mène une fronde sourde contre les députés loyaux au Président Bouteflika à l’APN.

Quelle mouche a piqué Said Bouhadja ? Depuis sa nomination à la Présidence du parlement, malgré la réticence et le scepticisme de nombreux observateurs politiques, Bouhadja accumule les impairs. En choisissant un des siens , le FLN semblait miser sur la sagesse de ce cadre apparatchik, sans relief et sans profondeur politique, si ce n’est d’avoir été seulement Mouhafedh dans plusieurs wilayas. Mais à 80 ans, Bouhadja, certainement enivré par l’altitude du poste, est en train de démontrer ce qu’il y a de plus détestable au sein du FLN que les Algériens exècrent : la « complotite », la guerre des coulisses, les règlements de comptes et les  manigances.

Car le Sieur Bouhadja s’est mis dans l’idée qu’il peut s’en prendre aux alliés parlementaires du Président Bouteflika sans que cela ne se remarque. Le plus ciblé par Bouhadja et ses acolytes est le ministre chargé des relations avec le Parlement, Tahar Khaoua, qui n’a eu de tort que de notifier, en pleine séance plénière, que les retards accusés par le Bureau du Parlement, -soit le cabinet de Bouhadja- retarde les questions-réponses des députés au Gouvernement.

Il n’en fallait pas plus pour que le président de l’APN lâche sa meute sur le pauvre ministre. Des parlementaires encore fidèles à Bouhadja tels que, Redouane Zitouni son assistant, Benmerabet (Président  de la commission économique), Cherif Nezzar (Président de la commission juridique), les députés Laid Achouri, Gareh Mabrouk ou le sinistre Bahaedinne Tliba, multiplient les conciliabules pour tenter d’écarter les députés proches du Président Bouteflika, dont Khaoua est un des têtes de file. Des attaques qui ont mis les feux aux poudres dans une APN dont l’état interne ne cesse de se dégrader depuis la nouvelle législature.

Ce changement d’attitude intervient, bizarrement, juste après le retour de Bouhadja de Paris, une destination qui semble monter à la tête de plusieurs hauts responsables algériens, où Bouhadja a eu plusieurs rencontres importantes même si elles ne revêtent aucun caractère  officiel.

Les manœuvres du clan Bouhadja ne semblent pas dénuées d’arrières pensées, puisque le Président du Parlement ne s’interdit pas d’avoir des préférences politiques, notamment présidentielles, comme celle d’avoir toujours été un admirateur farouche de l’ancien Premier Ministre, Mouloud Hamrouche, issu du Nord-Constantinois comme lui. Comme quoi, quand on s’est nourri toute sa vie de complots régionalistes, certains dignitaires ne savent pas se mettre à la hauteur de ce qu’exige l’Algérie en terme de responsabilité et de loyauté à la République.

Amir Hani