Après la gifle du ministère de l'Intérieur, la FAF réagit, condamne la violence et promet des sanctions - DIA
31036
single,single-post,postid-31036,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Zetchi rapport

Après la gifle du ministère de l’Intérieur, la FAF réagit, condamne la violence et promet des sanctions

DIA-16 avril 2018: La FAF a réagi tardivement aux actes de violence enregistrés le week-end dernier à Oran et Constantine. La FAF a mis trois jours pour réagir, alors que c’est le ministère de l’Intérieur qui a été le premier à mettre en place une commission d’enquête sur les incidents survenus à Constantine et Oran. Dans sa réaction tardive, la fédération a publié un communiqué sur son site internet, en « condamnant énergiquement et fermement » ces actes de violence. La FAF s’est aussi engagée à prendre « les sanctions réglementaires les plus appropriées ».
« La FAF et après avoir pris connaissance de tous les rapports et compte-rendus des différents services et parties concernées par ces deux événements, a pris acte de l’extrême gravité de ces actes de violence enregistrés encore une fois dans nos arènes sportives et les condamne énergiquement et fermement », a indiqué l’instance fédérale.
« La FAF rappelle aux fauteurs de trouble qu’elle usera de tout son poids et avec l’aide des autorités et de tous les acteurs concernés, de près ou de loin, par la gestion et l’organisation des rencontres de football, pour les combattre et les chasser de nos stades qui doivent être des lieux de fête, de spectacle et de fair-play, comme elle interpelle toute la famille du football sur le gros travail à faire pour extirper ce mal qui ronge notre sport-roi », poursuit la FAF qui regrette « le comportement irresponsable de certains dirigeants et acteurs de notre football qui, à travers leurs déclarations intempestives, irréfléchies et provocatrices sur les médias, ont suscité la haine entre les jeunes supporters d’une même nation ».
L’instance fédérale a rappelé que l’une « des mesures prises justement par son bureau fédéral est celle d’arrêter une rencontre de football au moindre signe d’envahissement ».
Une commission d’enquête a été installée par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire en vue d’examiner les causes du retour du phénomène de la violence dans les stades, de définir les responsabilités et de prendre les mesures et les décisions pour y mettre un terme.
Il faut relever que la FAF a été dépassée par les événements, sachant qu’elle est à l’origine de ces actes de violence en refusant que le match de coupe d’Algérie JSK-MCA se déroule à Tizi Ouzou sous prétexte que la capacité d’accueil du stade n’est que de 20 000 spectateurs. Or, une semaine auparavant, la JSK avait accueilli le MCA à Tizi Ouzou pour le compte d’un match de championnat. C’est dire que la FAF a créé un  problème qu’elle n’a pas su gérer. Cela explique l’intervention du ministère de l’Intérieur qui a décidé de mettre en place une commission d’enquête.
Nassim Fateh