Après l'annonce de Trump sur le nucléaire iranien : Le pétrole s'envole en Asie - DIA
31759
single,single-post,postid-31759,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dernière infos Algerie:La-recette-de-fabrication-du-pétrole

Après l’annonce de Trump sur le nucléaire iranien : Le pétrole s’envole en Asie

DIA-09 mai 2018: Les cours du pétrole s’envolaient mercredi en Asie après l’annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran et le rétablissement des sanctions contre Téhéran. Vers 05H00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, gagnait 1,56 dollar à 70,62 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, prenait 1,81 dollar à 76,66 dollars.

Donald Trump a annoncé le retrait pur et simple des Etats-Unis de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions.

Les marchés avaient anticipé cette annonce -atteignant des plus hauts de plus de trois ans ces derniers jours- et dans un premier temps, les cours ont reculé.

Mais ils ont nettement rebondi en Asie, certains analystes évoquant la possibilité d’un baril à 80 dollars. La hausse est alimenté également par la crise au Venezuela, l’accord Opep/Russie sur la limitation de la production, une demande mondiale qui a le vent en poupe et des données sur une baisse de la production américaine.

« Les marchés sont portés principalement par le refus de Washington de renoncer aux sanctions contre l’Iran, et la perspective d’un resserrement de l’offre dans un marché aux marges de manoeuvres déjà étroites », a jugé Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

« Les observateurs dressent un parallèle avec le Venezuela, où, après les sanctions, les niveaux de productivité ont décliné et il y avait moins d’offre dans un marché resserré ».

Certains analystes ont toutefois estimé que l’Iran pourrait être tenté d’augmenter sa production avant l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions tandis que la demande mondiale pourrait être alimentée par d’autres grands producteurs.

Mardi à New York, le WTI a cédé 1,67 dollar pour clôturer à 69,06 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

A Londres, le Brent a terminé à 74,85 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 1,32 dollar.