Bensalah, Bedoui, le FLN, le RND et TAJ préparent la présidentielle et ignorent les manifestants - DIA
41653
single,single-post,postid-41653,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
alliance partis

Bensalah, Bedoui, le FLN, le RND et TAJ préparent la présidentielle et ignorent les manifestants

Le chef de l’Etat nouvellement installé, Abdelkader Bensalah, semble ignorer les revendications des citoyens qui manifestent depuis le 22 février. Alors que la rue grogne et revendique le départ du système, Bensalah a reçu le Premier ministre Nouredine Bedoui ce jeudi au siège de la présidence de la République.
Le chef de l’Etat a insisté lors de cette audience « pour que le gouvernement veille au bon fonctionnement de l’administration et des services publics », a indiqué un communiqué de la présidence de la République. En ce sens, Bensalah a « donné ses orientations relatives à l’action gouvernementale, comme il a insisté pour que le gouvernement veille au bon fonctionnement de l’administration et des services publics. L’entretien a permis, en outre, de passer en revue « la situation générale dans le pays et les principales activités gouvernementales, depuis l’installation du nouveau gouvernement », ajoute la même source.
Bensalah qui a convoqué hier le corps électoral pour l’organisation de l’élection présidentielle le 4 juillet prochain est soutenu par les partis de l’ancienne alliance présidentielle.
En ce sens, le parti du Front de libération nationale (FLN) s’est félicité  du recours à « la solution constitutionnelle » afin de surpasser la crise actuelle et réaliser les objectifs « ambitieux et légitimes » auxquels aspire le peuple algérien.
Le FLN que dirige le président de l’APN Moad Bouchareb, a estimé, dans ce cadre, que l’application des articles 7 , 8 et 102 de la Constitution est « une issue permettant à l’Algérie d’éviter le scénario de la vacance et ses éventuelles répercussions », affirmant sa disponibilité à accompagner les engagements pris par le chef de l’Etat pour la prochaine phase.
De son côté, le Rassemblement national démocratique (RND) d’Ahmed Ouyahia a salué la convocation par le chef de l’Etat du corps électoral pour l’élection présidentielle prévue et a exhorté l’ensemble des acteurs politiques à « contribuer avec davantage de responsabilités en vue de garantir la réussite de ce rendez-vous et sortir le pays de la crise actuelle à travers un choix démocratique souverain ». 
Le RND s’est félicité aussi du « civisme » dont a fait montre le peuple algérien dans la revendication de l’application des articles 7, 8 et 102 de la Constitution, une revendication que « partage toute la famille du RND avec l’ensemble des citoyens soucieux de l’avenir du pays » !
La même position a été par Tajamou Amel al Jazair de Amar Ghoul et AL Fajr Al Jadid de l’ancien ministre de la Communication, Mohand Said Oubelaid. Il ne manque que le MPA de Amara Benyounes et les autres partis microscopiques pour compléter la liste.
En parallèle à tous ces soutiens, le ministère de l’Intérieur a enclenché les processus de préparation des élections présidentielles. La révision exceptionnelle des listes électorales sera ouverte du 16 au 23 avril 2019, selon le ministère de l’Intérieur qui a également convié les postulants à la candidature à l’élection présidentielle de procéder au retrait des formulaires de souscription individuelle au siège du ministère de l’Intérieur.
« La remise de ces formulaires intervient sur présentation par le candidat d’une lettre adressée à Monsieur le ministre de l’Intérieur, annonçant son intention de constituer un dossier de candidature à l’élection à la présidence de la République », selon le communiqué du ministère.
Il faut relever que le premier à annoncer sa candidature est le Général à la retraite Ali Ghediri. Ce dernier a été aussi le premier à postuler lors de l’élection annulée du 18 avril. Il faut aussi s’attendre à la candidature d’Ahmed Ouyahia quia toujours caressé le rêve de devenir président de la Rpéublique.
Amir Hani