Berraf : «Nos athlètes réalisent de bons résultats au niveau national grâce au dopage»  (vidéo) - DIA
37293
post-template-default,single,single-post,postid-37293,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Berraf : «Nos athlètes réalisent de bons résultats au niveau national grâce au dopage»  (vidéo)

DIA-03 novembre 2018: Le président du Comité olympique algérien(COA), Mustapha Berraf, a fait des révélations qui ne font pas honneur au sport algériens et à ceux qui gèrent le sport en Algérie. Le président de la plus haute instance du sport en Algérie a fourni des explications sur l’absence de résultats des athlètes algériens au niveau international.
«Les athlètes algériens ne travaillent pas, mais ils se dopent pour réaliser des résultats au niveau national pour se qualifier et participer aux compétitions internationales de haut niveau, ce qui explique l’absence de résultats au niveau international», a révélé Berraf qui était l’invité d’une émission sportive de la chaîne Ennahar-TV.
Il a fait savoir qu’il a saisi à deux reprises la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) pour enquêter sur ces athlètes qui se dopent.
Les déclarations de Berraf reflètent la déliquescence du sport algérien. Si les athlètes recourent au dopage au lieu de travailler dur et de suer sur le terrain, cela relève de la responsabilité de ceux qui les encadrent, en l’occurrence les entraineurs et les présidents des fédérations sportives.
Ces derniers ont ainsi failli à leur mission d’éducateurs dans la mesure où la plupart d’entre eux sont complices avec ces athlètes car il n’y a que la qualification et la participation aux compétitions internationales qui les intéressent. En d’autres termes, ils se dopent pour se qualifier aux compétitions internationales, voyager et bénéficier des prises en charge et autres frais de mission, sans se soucier des résultats.
En ce sens, Berraf et les autres présidents des fédérations sportives ne doivent pas attendre que la DGSN fasse leur travail.
Nassim Fateh