Un blogueur condamné à 10 ans de prison pour avoir interviewé un diplomate israélien - DIA
32316
single,single-post,postid-32316,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-touati-merzoug

Un blogueur condamné à 10 ans de prison pour avoir interviewé un diplomate israélien

DIA-24 mai 2018: Merzoug Touati, un blogueur algérien ayant publié sur internet un entretien avec un diplomate israélien a été condamné jeudi à dix ans de prison ferme pour « intelligence avec une puissance étrangère », a annoncé un de ses avocats, Me Boubakeur Esseddik Hamaïli.

Le tribunal criminel de Béjaïa (260 km à l’est d’Alger) a déclaré Merzoug Touati, 30 ans, coupable d’avoir entretenu « avec les agents d’une puissance étrangère des intelligences de nature à nuire à la situation militaire ou diplomatique de l’Algérie ou à ses intérêts économiques essentiels », crime passible de 20 ans de prison.

La Cour a en revanche écarté le chef d’avoir « incité les citoyens ou habitants à s’armer contre l’autorité de l’Etat », crime passible de la peine de mort, et deux autres crime et délit d’atteinte à la sûreté de l’Etat dont était accusé le blogueur pour avoir posté un appel à manifester sur Facebook, selon Me Hamaïli, joint par téléphone à Béjaïa.

Dans ce procès, le Parquet avait requis la prison à perpétuité contre le blogueur. Me Hamaïli, qui avait plaidé l’acquittement, a indiqué qu’il allait s’entretenir dimanche avec son client pour savoir si celui-ci décidait de faire appel.

M. Touati, qui n’a obtenu que des emplois précaires depuis qu’il est diplômé de l’université, « n’a jamais occupé de poste à responsabilité lui donnant accès à des informations qu’il aurait pu communiquer » à une puissance étrangère, a-t-il souligné.

Merzoug Touati est détenu depuis qu’il a été arrêté à Béjaia en janvier 2017, après avoir appelé sur son compte Facebook à protester contre la nouvelle loi de Finances et diffusé sur son blog un entretien vidéo avec un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.

Le Vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), Said Salhi, qui assistait à l’audience a dénoncé « un procès à sens unique, à charge uniquement ».

M. Salhi s’est dit très « déçu » par le verdict: « Dix ans, c’est une peine très lourde », au regard des faits. Merzoug Touati était « vraiment abattu » au moment du verdict. « Il est très affaibli », a-t-il souligné, rappelant que le blogueur avait mené sept grèves de la faim depuis son incarcération.