La CAF gèle la participation de l’arbitre algérien, Abid Charef (Vidéo) - DIA
37314
single,single-post,postid-37314,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Abed Charef

La CAF gèle la participation de l’arbitre algérien, Abid Charef (Vidéo)

DIA- 4 Novembre 2018: La Confédération Africaine de Football a décidé de geler l’arbitre algérien, Mehdi Abid Charef, ayant officié la finale aller de la Ligue des champions entre Al Ahly et l’Espérance Sportive de Tunis et ce sur fond de sa triste prestation lors de ladite rencontre, ont rapporté plusieurs médias tunisiens ce matin.

L’arbitre algérien aurait également été privé de la coupe du monde des clubs aux Emirats. De plus, un courrier qui circule sur les réseaux sociaux de la société présentation sport adressé parait-il au président d’Al Ahly est en train d’alimenter encore la polémique sur l’arbitrage scandaleux de Mehdi Abid Charef lors de la finale aller entre le club égyptien et l’EST.

Ce document indique que l’arbitre a été « acheté » pour favoriser Al Ahly.

Cependant son authenticité n’est pas encore vérifiée en attendant que la CAF daigne intervenir et ouvrir une enquête sérieuse à ce sujet. Pour rappel Al-Ahly du Caire qui a gagné par 3 buts à 1, le 2 novembre 2018, au stade Borg AlArab, d’Alexandrie.

On accuse l’arbitre algérien Mehdi Abid Charef d’avoir favorisé les égyptiens en sifflant deux penaltys inexistants pour Al-Ahly, un par mi-temps, malgré le recours au VAR, utilisé pour la première fois dans l’histoire du football africain.

La prestation de l’arbitre algérien a été violemment commentée par les médias tunisiens et même par les consultants tunisiens présents sur le plateau de Bein Sport

L’affaire est totalement ubuesque et on attend la réaction de l’arbitre algérien pour mieux comprendre ce qui s’est vraiment passé.

Mohamed Nassim