Des changements radicaux à la DGSN pour faire face aux défis sécuritaires  - DIA
34098
single,single-post,postid-34098,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-DGSN siege

Des changements radicaux à la DGSN pour faire face aux défis sécuritaires 

DIA-25 juillet 2018: Des changements radicaux sont opérés progressivement au sein de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), a-t-on appris auprès du ministère de l’Intérieur. Ces changements sont qualifiés de radicaux et interviennent suite au limogeage du numéro un de la DGSN, le Général-major Abdelghani El Hamel. 
Le ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, avait déjà évoqué ces changements et a chargé le nouveau parton de la police, le colonel Mustapha El Habiri de le faire. 
Au ministère de l’Intérieur, on a précisé que ces changements viennent en exécution d’une feuille de route qui est en train d’être appliquée, sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Les premiers changements ont touché les directeurs centraux et les directeurs de wilaya au niveau de la DGSN et vont se poursuivre de manière à renouveler les cadres de cette institution sécuritaire, a-t-on ajouté.
Il s’agit en fait de renforcer mais aussi de moderniser le système de sécurité algérien compte tenu des défis auxquels fait face l’Algérie. En plus de la sécurité des biens et des personnes, la DGSN est appelée à se déployer davantage pour sécuriser les frontières du pays et travailler en étroite collaboration avec les forces de l’Armée nationale populaire, a-t-on encore précisé. 
Ces changements verront ainsi d’anciens cadres de la DGSN céder la place à des jeunes diplômés qui ne «ne trainent pas des casseroles derrière eux», a-t-on encore expliqué.  
Amir Hani