Cherif Mellal, un président de club venu d'une autre planète - DIA
37353
single,single-post,postid-37353,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-CHERIF Mellal

Cherif Mellal, un président de club venu d’une autre planète

DIA-04 novembre 2018: Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, est sous le choc. Il vient de découvrir la réalité du football algérien. Mellal qui est président de la JSK depuis 10 mois, ne connait pas les coulisses pourries du football algérien, lui qui a tenté de révolutionner le football algérien en permettant aux familles d’assister aux matches de la JSK.  Il a réussi à inculquer le civisme aux supporters de la JSK dans la mesure où aucune équipe n’a été maltraitée à Tizi Ouzou depuis le début de cette saison.
Toutefois, Mellal est choqué quand il a découvert la réalité du football algérien. Le report injustifié du match USMA-JSK pour mardi, alors qu’il a été programmé par la LFP lundi, a fait perdre à Mellal tout son calme. Il a demandé des explications au président de la LFP, Abdelkrim Medouar, mais ce dernier n’a fourni aucun argument.
C’est à partir de là que le conflit JSK-LFP a commencé à tourner au vinaigre. Pour Mellal, Medouar a commis plusieurs erreurs et de nombreux clubs des Ligues 1 et 2 se sont plaints des décisions unilatérales et injustes de la LFP.
C’est dans cet esprit que Mellal a invité les présidents des clubs des  Ligues 1 et 2, ce dimanche pour discuter sur l’état du  football algérien et prendre des décisions à même de redresser la situation de ce dernier,  notamment en retirant confiance au président de la LFP.
Sur les 32 clubs des Ligues 1 et 2, il n’y a que le représentant de la JSM Bejaia qui a répondu à l’invitation de Mellal, les autres présidents qui ont l’habitude de descendre en flammes Medouar dans les coulisses ont prôné la politique de l’autruche au moment où ils devaient s’exprimer en toute démocratie sur la situation de la LFP.
En ce sens, Mellal est resté sous le choc  quand il a découvert le vrai visage des présidents des clubs algériens, lesquels craignent pour leurs intérêts et font dans le compromis et ce, au détriment des intérêts du football national.
Mellal qui a vécu en Allemagne, s’est nourri de la rigueur allemande et refuse donc de cautionner ce qui se passe dans le football algérien. Il a révélé qu’il avait refusé de voter pour Medouar, alors que le ministère de la Jeunesse et des Sports avait contacté tous les clubs afin de voter en sa faveur. Mellal n’avait pas également assisté à la dernière assemblée générale  extraordinaire de la FAF pour ne pas cautionner les décisions de la fédération.
Pour illustrer la situation anachronique du football algérien, Mellal a cité l’exemple du président de la JS Saoura, Mohamed Zerouati qui a été suspendu pour six mois après avoir osé dénoncer l’arbitrage. Le président de l’ES Sétif, Hacen Hammar qui a déclaré «soutenir ce qu’a déclaré Zerouati», n’a pas été suspendu ou inquiété. Cela  résume la situation du football national où tout est faux. Mellal qui se révolte contre la Ligue et le football algérien s’est trompé de planète.  
Nassim Fateh