Choléra: Le wali par intérim de Blida rattrape l'erreur et embrasse le front d'une patiente (Vidéo) - DIA
35380
single,single-post,postid-35380,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-WALI BLIDA DS

Choléra: Le wali par intérim de Blida rattrape l’erreur et embrasse le front d’une patiente (Vidéo)

DIA-07 septembre 2018: C’est du jamais vu dans les réflexes de nos responsables de l’administration. En l’espace de deux semaines, l’attitude des responsables de la wilaya de Blida a changé à 180 degrés. Après le limogeage du wali de Blida par le président de la république, pour avoir manqué son ‘attitude envers une malade atteinte du choléra, le Wali de Blida par intérim Rabah Ait Hocine a rattrapé l’erreur de son prédécesseur et a offert des fleurs et fait le geste d’embrasser sur la tête la dernière patiente qui a quitté l’hôpital de Boufarik, pour démontrer que la maladie n’est pas contagieuse. Le tout sous les projecteurs des caméras de la presse audiovisuelle. Un geste démagogue mais qui démontre un changement de mentalité dans les réflexes de nos responsables.   

Les derniers malades atteints de choléra ont quitté vendredi l’hôpital de Boufarik, a rapporté le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Le service dans lequel les malades étaient pris en charge a été fermé après la guérison de ces derniers, a-t-on précisé de même source.

Le ministère de la Santé avait indiqué que le nombre des cas suspects de choléra hospitalisés a diminué « sensiblement » ces derniers jours, signalant qu’aucun nouveau cas n’a été enregistré. 

Il avait précisé que l’épidémie du choléra restait « circonscrite » au niveau de la wilaya de Blida et que le vibrion cholérique « OGAWA » a été identifié au niveau de l’Oued de Beni Azza dans la même wilaya, ajoutant que « toutes les dispositions pour le traitement de l’Oued ont été prises en collaboration avec les secteurs concernés afin d’éviter l’apparition d’autres cas ».

Le dispositif de veille sanitaire mis en place depuis le début de l’épidémie « demeure en vigueur jusqu’à l’extinction totale de celle-ci », rappelle le ministère, mettant l’accent sur « la nécessité du respect des règles d’hygiène individuelles et collectives ».

Amel Bouchaib