Le cinéma algérien "exclu" du Festival du film du Caire - DIA
37220
single,single-post,postid-37220,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-cAIRO

Le cinéma algérien « exclu » du Festival du film du Caire

DIA- 01 novembre 2018: Des cinéastes algériens dont le documentariste Hamid Benamra ont dénoncé l’exclusion du cinéma algérien de la 40e édition du festival international du film du Caire, prévue du 20 au 29 novembre prochain.

En effet, l’Algérie ne fait pas partie des cinquante-neuf pays, qui participeront avec 160 films à cette édition.  La majorité des pays maghrébins sont représentés sauf l’Algérie. C’est le cas du Maroc qui possède deux longs-métrages en compétition « Al Jahiliya » de Hicham Lasri et « Laaziza » de Mohcine Basri, aux côtés de six autres productions, dans le cadre de la compétition « Horizons du cinéma arabe », a fait savoir le comité d’organisation du festival.

L’Algérie n’est présente ni dans la section internationale ni dans la section arabe et encore moins dans les films hors compétition.  Alors que la Tunisie a annoncé quedeux acteurs tunisiens, vont faire partie des jury du festival du Caire :  Dhafer El Abidine, membre du jury de la compétition internationale et Aicha Ben Ahmed, membre du jury de la compétition Horizons du cinéma arabe. Aucune trace de l’Algérie sur le site du Festival : https://www.ciff.org.eg  

Comment expliquer cette exclusion du cinéma algérien du Festival du Caire, alors que l’Algérie fait partie des plus importants producteurs de films dans le monde arabe derrière l’Egypte et le Maroc. Il est également le pays le plus titré dans les principaux festivals à travers le monde, avec notamment une Palme d’or en 1975, un lion d’or à Venise en 1966, un Oscar en 1970 et des dizaines de prix dans les festivals à travers le monde.  

Certains critiques de cinéma algériens n’en veulent pas au directeur général du Festival du Caire Mohamed Hefzy mais reprochent à son équipe et notamment à Ahmed Shawki son directeur artistique et Ossama Abdelfattah, le responsable de la critique dans le Festival, d’avoir soigneusement écarté les algériens de toute participation au Caire. Et pourtant ces deux responsables sont souvent invités en Algérie en tant que membres de jury. Ossama Abdelafetah était même présent à la dernière édition du festival du film arabe d’Oran en tant que membre du jury dans la section documentaire. Il y avait deux films algériens qui pouvaient prétendre à une place au Festival du Caire dans sa section arabe, « Nous ne sommes pas des héros » de Guenifi et « Jusqu’à la fin des temps » de Yasmine Chouikh. Le dernier film de Merzak Allouache a été exclu du Caire en raison de sa compétition au Festival de Gouna.   

Cette exclusion a été dénoncée également par des critiques égyptiens à l’image de la critique et directrice artistique du Festival d’Alexandrie Mervat Omar qui reproche au Festival du Caire de faire dans l’exclusion des cinéastes algériens. 

Comment vont réagir les responsables du secteur du cinéma en Algérie et notamment les responsables du Festival du film arabe d’Oran, alors que chaque années des dizaines de critiques, comédiens et cinéastes égyptiens sollicitent la direction du FIOFA pour une invitation ou une participation? A bon entendeur…. 

Salim Bey