CMAI: appel à conjuguer les efforts pour lutter contre l'extrémisme et le terrorisme - DIA
29415
single,single-post,postid-29415,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Conseil des ministres arabes de l'Intérieur

CMAI: appel à conjuguer les efforts pour lutter contre l’extrémisme et le terrorisme

DIA-07 mars 2018: Les travaux de la 35e session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur (CMAI) ont été sanctionnés par un accord sur l’impératif de conjuguer les efforts des Etats arabes en vue d’endiguer le terrorisme, d’épuiser ses ressources intellectuelles et financières tout en saluant l’expérience de l’Algérie en termes de déradicalisation et de lutte antiterroriste.
Placée sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au Centre international des conférences Abdelatif Rehal (CIC), cette session a connu une forte participation des ministres arabes de l’intérieur et des représentants d’organisations arabes et internationales, outre des délégations sécuritaires de haut niveau.
Lors de cette session inaugurée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia et présidée par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, il a été décidé d’inclure « l’allocution adressée par le chef de l’Etat à cette session » au sein des documents officiels de cette réunion.  
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a affirmé dans son message que « la lutte contre le terrorisme n’est ni liée à un agenda, ni confinée dans une aire géographique, c’est une problématique qui demeure posée tant que les citoyens et leurs biens sont menacés et que ces groupes égarés persistent à menacer la stabilité des institutions de l’Etat ou tenter d’imposer des référents religieux et idéologiques, étrangers à nos peuples ».
« Cet espace virtuel constitue un défi sécuritaire pour nos pays arabes, d’autant plus qu’il représente un refuge pour les organisations terroristes et tous les réseaux criminels parce qu’invisible, notamment celles qui pratiquent la traite des personnes, le trafic d’organes et des migrants illégaux, le trafic de drogue, le trafic d’armes et d’explosifs, la falsification d’identités et de documents, outre son rôle dans l’enrôlement de nouveaux combattants et l’établissement de liens entre les différents réseaux de combattants, ainsi que la mise en place de sources de financement qui échapperaient au contrôle institué pour tarir les sources de financement classiques », a ajouté le chef de l’Etat. 
Le président Bouteflika a appelé les pays arabes à « intensifier leurs efforts communs pour traiter la problématique de l’immigration illégale dans le cadre d’une approche commune, fondée sur le strict respect de la loi et des droits de l’Homme et sur l’effort de sauvegarde permanente de la paix et de la sécurité dans nos pays ».
En marge de la réunion, les ministres ont salué le contenu du message du président de la République pour lequel le ministre irakien a indiqué qu’il est « inclusif et porte une solution commune pour les pays arabes », alors que le ministre mauritanien a affirmé que ce message est susceptible d’être « une feuille de route » pour coordonner l’action sécuritaire interarabe.
Abondant dans le même sens, le ministre jordanien a quant à lui, appelé à appliquer ce message sur le terrain ».
Les participants à cette session ont estimé que l’expérience de l’Algérie basée sur la réconciliation nationale et le dialogue, constituait « un modèle à méditer pour le règlement des crises qui secouent le monde arabe, loin de toute ingérence dans les affaires internes pour consacrer les droits et la dignité à la faveur de la sécurité et de la stabilité et de manière à préserver la souveraineté de leurs Etats et leur intégrité territoriale ». 
 
Ils ont également salué l’expérience de l’Algérie, en tant que modèle en matière de règlement des crises, de lutte antiterroriste et de déradicalisation. Les participants n’ont pas manqué d’adresser « leurs remerciements et leur reconnaissance au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour avoir placé la 35e session du CMAI, sous son haut-patronage, saluant ses efforts en faveur de la sécurité et de la paix, ainsi que ses positions constantes visant la consécration de la solidarité arabe ». Le ministre saoudien a été plébiscité président honorifique du Conseil.