DIA | Confidentiel : Les dérapages diplomatiques de l’Ambassadeur saoudien à Alger
54126
post-template-default,single,single-post,postid-54126,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Confidentiel : Les dérapages diplomatiques de l’Ambassadeur saoudien à Alger

DIA-22 août 2020: S’il y a un diplomate qui irrite Alger, c’est bien l’ambassadeur saoudien en Algérie, Abdulaziz Al-Omairini. Ce dernier a rencontré cette semaine l’ex candidat à la présidentielle 2019, Abdelkader Bengrina. Une rencontre qui a déclenché un tourbillon de commentaires, sur la page du parti El Bina, et sur la page de l’ambassade saoudienne, qui s’est empressée de supprimer l’actualité quelques heures après sa publication.

Contrairement aux ambassadeurs des autres pays du Golfe comme le Qatar ou les Emirats, ou même d’anciens ambassadeurs saoudiens, qui ont fait preuve d’une grande connaissance et de respect des  règles diplomatiques en Algérie, notamment la non-ingérence dans les affaires de l’Etat algérien, l’ambassadeur saoudien en Algérie, Abdulaziz Al-Omairini, s’est illustré comme un diplomate peu avenant, en raison de ses multitudes maladresses et surtout ses commentaires sur la politique intérieure algérienne.

Non seulement, le diplomate saoudien manque de tact politique et diplomatique, mais enfreint les règles de bienséance du pays hôte.  Ainsi il n’hésite pas à exprimer ouvertement son soutien idéologique au mouvement Rashad et exprime sa satisfaction pour les actions maladroites du Maroc contre l’Algérie.

Selon certaines sources bien informées, les tribulations de ce diplomate ont provoqué la colère du président de la République, Abdelmajid Tebboune, qui a été informé en détail sur les dépassements d’Omairini  depuis son arrivée en Algérie en tant qu’attaché militaire à l’ambassade de son pays, jusqu’à sa nomination comme ambassadeur à la mi-2018.  Si le diplomate continue sur cette lancée, il risque le retrait de son accréditation et une demande officielle de l’Algérie pour le remplacer.