Conseil national du FFS programmé ce vendredi : une réunion à...haut risque - DIA
29405
single,single-post,postid-29405,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-FFS Conseil national

Conseil national du FFS programmé ce vendredi : une réunion à…haut risque

DIA-06 mars 2018: Le Front des forces socialistes (FFS) tiendra la réunion de son Conseil national ce vendredi matin au niveau de son siège, a-t-on appris auprès de ce parti. A l’issue de cette réunion, la date du congrès extraordinaire du parti devrait être arrêtée. La réunion s’annonce houleuse dans la mesure où elle a déjà été reportée en raison d’une bagarre entre les militants du FFS.
C’est suite à l’empêchement de cette réunion qu’il a été décidé de convoquer une session extraordinaire de ce même Conseil pour ce vendredi 9 mars et ce, dans le but de trancher la question relative à l’organisation d’un congrès extraordinaire du parti.
La réunion du 16 février dernier avait été empêchée par des militants qui ont exigé la tenue d’un congrès extraordinaire, le FFS devant tenir son congrès ordinaire en 2017 afin de renouveler ses instances dirigeantes. Ce différend avait provoqué des bagarres entre les militants du FFS au siège même du parti.
En ce sens, une résolution finale devrait être présentée ce vendredi pour trancher la question de la tenue d’un congrès extraordinaire du parti, sachant que cette option est devenue inévitable suite à la démission de Ali Laskri de l’Instance présidentielle du parti dont il faisait partie.
L’article 48 des statuts du parti stipule que « si le nombre des membres de l’instance présidentielle est réduit à moins de trois (3), un Congrès extraordinaire est convoqué pour élire une nouvelle Instance présidentielle ».
En ce sens, la réunion de ce vendredi est cruciale pour le FFF qui risque de s’enfoncer dans une crise pouvant l’empêcher de participer aux prochaines échéances électorales, ce qui serait suicidaire pour le plus ancien parti de l’opposition en Algérie.
Amir Hani