Le consulat d’Algérie à Lyon recouvert d’insultes racistes - DIA
33539
single,single-post,postid-33539,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-AMbalgerie-lyon

Le consulat d’Algérie à Lyon recouvert d’insultes racistes

DIA-05 juillet 2018: Le soir du 1er juillet, un ancien policier lyonnais sous l’effet de l’alcool a recouvert les murs du consulat d’Algérie à Lyon d’insultes racistes, a rapporté le webmagazine lyonnais Lyon Mag dans son édition du 4 juillet. Une fois dessoulé, l’homme a néanmoins maintenu ses propos au lendemain de sa garde à vue. Il a été condamné dans la foulée à trois mois de prison avec sursis.

L’homme a été pris sur le vif par un témoin alors qu’il inscrivait au marqueur noir des expressions racistes telles que «dehors les arabes», «islam dehors» et «les melons (sic) qui nous envahissent».

Même après son interpellation par les forces de l’ordre, l’homme a continué de tenir des propos racistes et se serait exclamé «l’AFO, c’est parti». L’AFO, ou Action des forces opérationnelle, est un groupuscule d’extrême-droite «démantelé [par la police française, ndlr] la semaine dernière car soupçonné de préparer des attentats contre des musulmans», toujours selon Lyon Mag.

L’ancien policier, qui avait démissionné en 2006, a revendiqué son appartenance à l’AFO et au Rassemblement national, nouvelle dénomination du Front national de Marine Le Pen.

Cet acte de vandalisme visant le consulat d’Algérie à Lyon a été commis le jour même où une vidéo, montrant des supporters de l’équipe France en train de brûler le drapeau algérien circulait massivement sur les réseaux sociaux. Le descriptif de l’enregistrement vidéo décrivait que la scène avait lieu pendant la célébration de la qualification des Bleus en quarts de finale de la Coupe du monde de football en Russie. Mais l’ambassade de France en Algérie, tout en condamnant l’acte, a elle affirmé que la vidéo en question avait en fait été filmée le 30 juin 2014 à Bourges. 

L’Ambassade de France à Alger répondait surtout après la déclaration du ministre algérien des Moudjahidines Tayeb Zitouni, qui avait vivement condamné le 3 juillet, sur les ondes de la radio nationale, la profanation du drapeau algérien brûlé par un groupe de Français qui célébrait à Paris la qualification de l’équipe de France aux quarts de finale de de la Coupe du monde de football 2018, sans être informé qu’il s’agissait d’une ancienne vidéo. 

Amel Bouchaib