DIA | Covid-19 : Sanofi fournira 300 millions de doses de vaccin à l’Union européenne
53393
post-template-default,single,single-post,postid-53393,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Covid-19 : Sanofi fournira 300 millions de doses de vaccin à l’Union européenne

En une semaine, Sanofi aura conclu trois accords portant sur un total de 460 millions de doses de vaccin contre le SARS-CoV-2. L’Union européenne a annoncé vendredi soir un accord de principe pour la fourniture de 300 millions de doses du candidat vaccin le plus avancé du laboratoire français, un produit utilisant la technologie, déjà testée, « de protéine recombinante ».

Pour ce même vaccin, qu’il développe avec le britannique GSK, Sanofi avait déjà signé deux autres conventions dans la semaine. L’une concerne 60 millions de doses à livrer à la Grande-Bretagne. L’autre, dévoilée vendredi matin, vise la livraison de 100 millions de doses aux États-Unis pour une somme pouvant atteindre 2,1 milliards de dollars. Washington, qui avait entamé les discussions avec Sanofi dès février, dispose également d’une option pour 500 millions de doses supplémentaires.

Plus de la moitié du montant versé par les États-Unis servira à financer le développement du futur vaccin, le solde finançant la production des 100 millions de doses promises à Washington. Sanofi, qui réalise la plupart de ces étapes, tandis que GSK s’occupe essentiellement des adjuvants, en recevra la plus grande partie.

Côté délais, Sanofi devrait lancer en septembre ses premiers essais cliniques, c’est-à-dire les tests sur les humains qui permettent de valider la sécurité et l’efficacité du vaccin. Les essais de phase 3, les derniers avant l’homologation, pourraient ensuite démarrer dès fin 2020. Ce qui permettrait d’obtenir une autorisation de mise sur le marché au « premier semestre 2021 », espère Sanofi.

Autorisations en 2021
En attendant, les deux labos européens vont développer leurs capacités de production, en Europe et aux États-Unis, afin d’atteindre un milliard de doses par an.

À ce stade, aucun vaccin contre le Covid-19 n’a encore reçu d’autorisation de mise sur le marché, ni même prouvé son efficacité. Le nombre d’injections, et donc de doses, requises pour obtenir l’immunité avec le vaccin développé par Sanofi et GSK, est encore une inconnue.

Mais le temps presse, ce qui explique qu’États et laboratoires pharmaceutiques se précipitent pour signer des accords. L’Union européenne s’était déjà entendue avec AstraZeneca, plus avancé sur le vaccin Covid. Et elle cherche à compléter, en discutant avec d’autres labos (Moderna, lui aussi plus avancé…), un fonds de plusieurs centaines de millions de doses. Cela devrait lui permettre, même en cas d’échec d’une partie des vaccins précommandés, de fournir les doses nécessaires à tous les États membres.

Sanofi développe par ailleurs avec la biotech américaine Translate Bio un autre vaccin, à partir de la technologie très innovante – et jamais utilisée – de l’ARN messager. Le groupe dirigé par Paul Hudson prévoit de lancer les premiers essais cliniques d’ici à fin 2020 et, si tout va bien, d’obtenir une homologation à partir du deuxième semestre 2021. Et de produire « entre 90 et 360 millions de doses par an ».