DIA | Covid-19 : Benbouzid écarte une deuxième vague et avertit que le vaccin n’est pas encore disponible
55893
post-template-default,single,single-post,postid-55893,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Covid-19 : Benbouzid écarte une deuxième vague et avertit que le vaccin n’est pas encore disponible

DIA-18 octobre 2020: Le ministre de la Santé et de la Population, Abderrahmane Benbouzid, a écarté une deuxième vague de coronavirus en Algérie. Il a indiqué que les contaminations sont certes en hausse, mais elles demeurent à un stade « admissible ». Il a précisé que « dans le langage des épidémiologistes la situation est admissible et gérable ».

Toutefois, le ministre a mis en garde contre le relâchement constaté à travers le territoire national. Il a fait savoir qu’il avait effectué un déplacement dans une wilaya où il a constaté « zéro bavette ». C’est dire que ce relâchement en matière de mesures préventives est inquiétant.

En ce sens, il n’a pas cessé de renouveler son appel à plus de vigilance de la part des populations. Interrogé sur un éventuel retour au  confinement, le ministre de la Santé a estimé que la situation n’est pas aussi grave et que la décision ne relève pas de ses prérogatives.

Interrogé au sujet du vaccin, il a fait savoir qu’il n’est pas encore disponible, précisant que selon les prévisions de l’OMS il ne sera disponible qu’en 2021. Il a expliqué qu’il s’agit d’un vaccin qu’il faut essayer et tester avant de la commercialiser.

Il a tenu à rassurer que l’Algérie a signé des conventions avec des pays producteurs et figure en tête de liste pour l’acquisition de vaccin.

Pour ce qui est du vaccin de la grippe saisonnière, Benbouzid a indiqué qu’il sera disponible et en quantités suffisantes.

Benbouzid a en outre écarté une réouverture des frontières, bien que la décision ne relève pas de ses prérogatives. Il a relevé que la situation sanitaire en France et dans les pays voisins se dégrade, ce qui n’encourage pas à rouvrir les frontières de l’Algérie.

Amir Hani