DIA | Dans une interview dans Ennahar  : Le général Betchine enfonce Nezzar
2149
post-template-default,single,single-post,postid-2149,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Le général Betchine

Dans une interview dans Ennahar  : Le général Betchine enfonce Nezzar

DIA- 10 janvier 2016- 00h50: Décidément la grande muette ne porte plus bien son nom, après le général major Mediène, qui est intervenu pour la première fois dans la presse, le bavard général Nezzar qui provoque une polémique sur Ait Ahmed, avant que ce dernier ne  boucler les 40 jours de sa mort, c’est autour du général Betchine, l’un des acteurs majeurs des événements d’octobre 88, l’un des adjoints du président Zeroual qui s’est exprimé dans les colonnes du journal Ennahar .  L’ancien patron de la Sécurité militaire a réfuté les déclarations de Khaled Nezzar au sujet de la proposition faite à Hocine Aït Ahmed et déclare : « Moi je vous dis que Nezzar a proposé à Aït Ahmed de devenir président et je n’ajoute rien de plus ! », lance-t-il dans un entretien exclusif à lire ce dimanche 10 janvier sur le quotidien  Ennahar. Sur un ton toujours aussi sûr le général Betchine affirme que le général à la retraite Khaled Nezzar était chef d’État-major tandis que j’étais le premier responsable des services de renseignements et je n’avais aucune relation avec lui pour qu’il me donne des ordres. Le général Betchine qui est à la retraite aujourd’hui et qui dirige des affaires dans le Constantinois a tenu à parler dans cet entretien sur ses négociations avec le FIS, mais aussi de son rôle de chef de la sécurité militaire à l’époque. Il affirme que déjà à son époque il avait fait sortir les agents de la SM des ministères et des entreprises publiques.

Amir Hani

Envoyer un commentaire