DIA | Décès de Paul Balta, l’ancien correspondant du quotidien Le Monde à Alger
39730
post-template-default,single,single-post,postid-39730,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de Paul Balta, l’ancien correspondant du quotidien Le Monde à Alger

DIA-31 Janvier 2019: L’ancien correspondant du journal Le Monde à Alger, Paul Balta, est décédé dimanche dernier à Paris à l’âge de 89 ans, a rapporté ce mercredi l’APS auprès de sa famille.

Né en 1929 à Alexandrie, il aurait bouclé ses 90 ans le 24 mars prochain. Selon ses proches, Paul Balta sera enterré mardi prochain au cimetière d’Ivry-sur-Seine (près de Paris) au cours d’une cérémonie familiale.

Il a été, de 1970 à 1985, le spécialiste du Proche-Orient et du Maghreb du quotidien Le Monde, et particulièrement de l’Algérie au temps du président Houari Boumediene.

Il a écrit, avec Mireille Duteil et Claudine Rulleau, « L’Algérie des Algériens : vingt ans après » (Editions ouvrières, 1981).

Paul Balta, que le président Boumediene lui disait qu’il avait du sang arabe, a été également avec Claudine Rulleau l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’Algérie, dont « La Stratégie de Boumediene : textes » (La Bibliothèque arabe, 1978) et « Le Grand Maghreb : des indépendances à l’an 2000 », (La Découverte, 1990).

Ce grand ami de l’Algérie que le président Boumediene avait reçu, en sa qualité de correspondant du Monde, pour 50 heures d’entretiens de 1973 à 1978, selon ses propos, a été d’abord journaliste à l’agence Associated Press puis à Paris-Presse l’Intransigeant. Il avait rejoint le journal Le Monde en 1970. Il a également couvert les grands événements du Moyen-Orient dont le conflit israélo-palestinien, les guerres du Kurdistan, la révolution iranienne et la première guerre du Golfe (1980-1988).

Il a collaboré avec des revues et journaux comme le Middle East Journal (Washington), El Pais (Madrid) et Le Libéral (Casablanca) de 1990 à 1995.

Il a été, de 1988 à 1994, directeur du Centre d’études de l’Orient contemporain à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, avant de devenir membre du Conseil d’administration de la Fondation René-Seydoux pour le monde méditerranéen, du groupe « Observatoire Méditerranée et Moyen-Orient » de la Fondation pour les études de défense (Paris), de la « Section Méditerranée » du Conseil économique et social de PACA (Marseille) et du Comité international du Forum civil Euromed (Barcelone), entre autres.