Décès de Sonia, la reine des planches et la mère courage du petit écran (Vidéo) - DIA
31941
single,single-post,postid-31941,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Sonia D

Décès de Sonia, la reine des planches et la mère courage du petit écran (Vidéo)

DIA-13 mai 2018: La nouvelle a provoqué un grand choc dans le milieu artistique. La comédienne et réalisatrice Sonia, née Mekkiou Sonia est décédée cet après midi selon les proches de sa famille des suites d’une longue maladie. Comédienne et, notamment, metteur en scène de théâtre , Sonia Mekkiou a été directrice de l’Institut National des Arts Dramatiques en Algérie (INAD) et dirigea le théâtre régional d’Annaba.  Auparavant Sonia, s’est illustrée surtout sur les planches en jouant dans une vingtaine de pièces. Première comédienne algérienne à avoir joué le monologue en 1992 : « Fatma », mise en scène : Ziani Chérif Ayed. Importante tournée africaine et européenne. Elle a joué au théâtre dans : « Les martyrs reviennent cette semaine » de Tahar Ouattar, mise en scène : Ziani Chérif Ayed, « Le journal d’une femme insomniaque » de Rachid Boudjedra, « Les généreux » de Abdelkader Alloula, mise en scène : Jean-Yves Lazennec, « Les fils de l’amertume » de Slimane Benaissa, mise en scène : Jean-Louis Hourdin. « Les maudits à Vérone », mise en scène : Dominique Touzé.  Sonia Mekkiou a également mis en scène et interprété deux pièces théâtrales : « Les Saltimbanques », adapté du « Chant du cygne » et  « Nuit de divorce ».  A la télévision elle a participé à quatre feuilletons dont le plus émouvant demeure El Bedra d’Amar Tribèche où elle joue le rôle d’une femme atteinte d’un cancer, abandonnée par son mari. Durant sa carrière elle a obtenu plusieurs distinctions : le Prix de la Meilleure Interprétation Féminine au Festival International de Carthage en 2001 et le Prix de la Meilleure Pièce de théâtre, attribué par la ville de Tunis pour la pièce « Les Saltimbanques », qu’elle a mise en scène et jouée au Festival International de Carthage en 2001. Moins présente au cinéma, elle a joué dans la première partie du dernier film de Karim Moussaoui « En attendant les hirondelles». 

Durant sa carrière théâtrale, Sonia a joué avec les grands comédiens du Théâtre national dont la majorité est décédée aujourd’hui : Aggoumi, Benaissa, Medjoubi, Rachid Fares, Rouiched, Benguetaf….     

Sonia c’était également une famille artistique très présente sur la scène culturelle. Elle était mariée au grand comédien Sid Ahmed Aggoumi, avec qui elle a eu une fille Samia Meziane qui a poursuivi le parcours de sa mère en devenant comédienne au cinéma. Depuis ces dernières années, Samia vivait avec sa mère Sonia, avec son bébé et son mari Khaled Benaissa. Son petit enfant a offert beaucoup de réconfort à Sonia dans sa lutte contre la maladie et la douleur. Sa disparition est une grosse perte pour le théâtre, la télévision, le cinéma et surtout la famille artistique.   

Dès l’annonce de la terrible nouvelle, plusieurs messages de comédiens, d’artistes, et d’admirateurs ont été postés sur les réseaux sociaux pour exprimer leur tristesse et leur amertume face à cette perte.  Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a très rapidement présenté ses condoléances, exprimant sa tristesse pour la perte d’une grande dame du théâtre et de la télévision.  

Suite à cette douloureuse circonstance, la rédaction de DIA , à sa tête Salim AGGAR, présente à la famille de la défunte : Samia, Khaled et Sid Ahmed Aggoumi ses sincères  condoléances. Que Dieu l’accueille dans son vaste paradis.

L’enterrement de Sonia aura lieu, ce lundi 14 mai, après la prière d’El Dohr, au cimetière de Delly Brahim; à Alger.

Pour mieux connaître le parcours et la vision de cette dame modeste du théâtre et du drama, un portrait de 13mn lui a été consacré en 2013, par Meriem Hamidat, dans la série 50 ans, 50 femmes.        

Salim Aggar