DIA | Décès du comédien Djamel Barek, l’éternel père algérien dans le cinéma français    
53378
post-template-default,single,single-post,postid-53378,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès du comédien Djamel Barek, l’éternel père algérien dans le cinéma français    

DIA-31 juillet 2020: Le comédien franco-algérien Djamel Barek, âgé de 57 ans qui est connu pour ses nombreux seconds rôles dans le cinéma français est décédé hier soir des suites d’une longue maladie ont rapporté des membres de sa famille sur les réseaux sociaux. La nouvelle a été accueillie avec une grande amertume en raison de son capital sympathie dans le milieu du cinéma et de l’audiovisuel en Algérie. Le comédien qui s’est installé en France depuis les années 80, a débuté d’abord dans le théâtre en jouant dans les pièces du grand Robert Hossein et Michel Georges.  Mais Djamel Barek est devenu célèbre en Algérie pour son rôle dans le film « l’Oranais » de Lyes Salem, avec qui il a partagé plusieurs rôles plus tard.  C’était un comédien très présent dans le cinéma français, il a joué dans une soixantaine de téléfilms, longs métrages, courts métrages et séries, souvent dans des rôles de maghrébin ou de père émouvant. Jouant souvent des rôles de père algérien immigré, on se souvient de lui dans le court métrage très récompensé « C’est dimanche » de Samir Gasmi où il interprète le rôle d’un père qui ne sait pas lire et qui vante le bulletin catastrophique de son fils. Ou encore dans le film de Farid Bentoumi « un métier bien », quand il découvre que son fils qui était souvent au chômage travaillait dans un magasin de vente de « hidjab ». Depuis 1999, l’acteur a joué dans de grands film français et étrangers à l’image de « Munich » de Steven Spielberg,  « Des hommes libres » de Ismaël Ferroukhi, « Les Revenants » film fantastique français réalisé par Robin Campillo, ou encore « Secret défense » un film d’action de Philippe Haim.  Acteur fétiche de David OELHOFFEN, il a joué des rôles importants dans « Frères ennemis » et surtout « Loin des hommes » aux cotés de Viggo Mortensen, présenté à Alger lors des Journées Cinématographiques d’Alger en 2014. Le comédien est également très présent à la télévision où il a joué dans la première saison du « bureau des légendes » et la série « Candide Renoir ». En Algérie, il a joué dans deux importants feuilletons, « El Khawa 2 » en 2017 et « Ouled Hlall » en 2019. En 2020 Djamel Barek a joué dans le dernier film « LA VIE D’APRÈS » de Anis DJAAD. La disparition du comédien est une grande perte pour les cinémas français et algérien. Avec sa silhouette d’homme à caractère et de profil sévère, sa capacité à jouer aussi bien des rôles de français que de maghrébin endurci ou encore des rôles de leader, Djamel Barek avait assuré ces dernières années sa place incontestable dans le cinéma français et algérien.

Suite à cette douloureuse disparition, le secrétaire d’Etat à l’industrie cinématographique Youcef Sehairi a posté un message sur sa page facebook présentant ses condoléances à la famille. Djamel Barek qui avait partagé la vedette avec lui dans le feuilleton Ouled Hlal.   

Salim Bey