Derrais choisit de défendre son film Ben M'hidi sur ........France 24 - DIA
35346
single,single-post,postid-35346,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Derrais FR24

Derrais choisit de défendre son film Ben M’hidi sur ……..France 24

DIA-07 Septembre 2018: Le réalisateur et producteur du film Larbi Ben M’Hidi, Bachir Derrais a choisi de défendre son film soumis à une interdiction du ministère des Moudjahidines sur la chaîne ….France 24. Une télévision gouvernementale française qui dépend du holding public « France médias Monde FMM » (Ex Audiovisuel Extérieur de la France, AEF ) et financé par les affaires étrangères françaises. Cette télévision a une vision sur la guerre d’Algérie totalement tronquée et ne partage pas les positions de l’Algérie notamment sur les questions de la torture et la colonisation. 

Le réalisateur et coproducteur du film est intervenu sur les deux déclinaisons en arabe et en français. 

On aurait compris si le film était sorti en France : Faire la promotion du film sur une télévision française ouverte aux intellectuels algériens serait normal voire naturel.  Sauf que le film n’est pas encore sorti en France (Et pourrait ne jamais l’être puisqu’aucun film sur la révolution n’a été distribué dans ce pays) . Derrais qui est installé actuellement en France a choisi de dénoncer l’interdiction de son film par le ministère des Moudjahidines sur le plateau d’une télévision hostile à la politique de l’Algérie à partir de Paris. Celle-ci ne possède officiellement pas de correspondant de la chaîne à Alger. Derrais s’inscrit visiblement dans une stratégie de défense médiatique d’opposant et pour cela il  a choisi des médias opposés à l’Etat et à ses ministères. L’interdiction du film Ben M’hidi a été sensiblement reprise par les médias algériens et totalement ignorée par les médias publics considérant que l’affaire est plus liée à un problème de production qu’à un problème de censure d’une oeuvre. 

Salim Bey