Le DG de l'ONDA alerte le premier ministère sur le danger du piratage des films par les télés privées - DIA
31572
single,single-post,postid-31572,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dig

Le DG de l’ONDA alerte le premier ministère sur le danger du piratage des films par les télés privées

DIA-03 mai 2018: Le DG de l’ONDA (Office national des droits d’auteurs) Sami Bencheikh El Hocine a révélé au cours d’une conférence de presse aujourd’hui qu’il a saisi le premier ministre Ouyahia pour dénoncer le danger du piratage par les chaines de télévision privées algériennes de films étrangers très récents sans au préalable en acheter les droits.

Répondant à une question de DIA sur le piratage d’une chaîne d’un film de Netflix qui n’était même pas destiné à la télévision mais au téléchargement, M.Bencheikh a dénoncé cet état de fait identifiant cela comme un vol d’une propriété artistique. Il a ajouté encore que suite à la mauvaise réputation de l’Algérie en matière de piratage vidéo, l’opérateur américain de vidéo à la demande Netflix a rompu ses négociations avec l’ONDA et l’Algérie. 

Le DG de l’ONDA a encore précisé  que si un producteur étranger capte une image du piratage de ses films par une chaîne algérienne, il peut ester en justice l’Etat algérien et peut même saisir ( par voies juridiques) des biens appartenant à l’Etat algérien: des bateaux ou des avions des compagnies algériennes , même si celles-ci ne sont même pas concernées par ce conflit.    

Salim AGGAR