Direction Générale des Impôts : Chronique d'une cabale médiatique commanditée - DIA
26717
single,single-post,postid-26717,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-DG IMPOTS

Direction Générale des Impôts : Chronique d’une cabale médiatique commanditée

DIA-29 décembre 2017: De par le monde , et à travers des pays donnés souvent en exemple,  il est des entités et des structures administratives représentant le pouvoir régalien de l’État et qui sont mises, par leurs  gouvernements à l’abri de toute surenchère, quelle qu’elle  soit.
Chez nous , cette sacro-sainte règle est loin d’être respectée par certains cercles apparemment très influents et interférents à divers niveaux des structures de l’Etat.
A ce titre l’Administration Fiscale, et particulièrement son Directeur Général , font l’objet ces derniers temps d’attaques sans précédent, par média électronique interposé, de la part de ces milieux économico-financiers influents gravitant dans le giron des structures de l’État.
À lire ces lignes grassement étayées avec des documents confidentiels violant le secret de certaines instructions et enquêtes officielles « ordinaires dans les us administratifs » selon une source ayant requis l’anonymat , le Directeur Général des Impôts et certains cadres proches de lui ainsi que l’actuel ministre des finances  (issu de cette même  administration), sont personnellement ciblés.
Pour comprendre cet acharnement, notre source au niveau du Ministère des Finances, nous rappelle certains événements passés inaperçus pour le commun des citoyens , à commencer par la nomination d’Abderrahmane Raouya en mai dernier en qualité de Ministre  des Finances et ce qui s’en est suivi comme vacance du poste éminemment important de Directeur Général des Impôts.
Une vacance de courte durée puisque, et  très rapidement, Mohamed Ghenou  occupant jusqu’alors le poste de Directeur  de la Direction des Grandes Entreprises (DGE),  relevant de la DGI est installé en qualité  de Directeur Général des Impôts.
Une nomination inattendue , à contre-courant de tous les pronostics et , surtout , ressentie par les cadres de l’Administration Fiscale comme un parachutage parrainé par des parties , pour le moins occultes.
Après moins d’une vingtaine de jours à ce poste , coup de théâtre unique dans les annales de la Direction Générale des Impôts : Mohamed  Ghenou est limogé et remplacé par le Directeur de la Législation Fiscale; Mustapha Zikara, en l’occurrence.
À partir de là, une campagne médiatique acharnée a été déclenchée contre ce dernier tendant à le mêler à certaines affaires où il n’est cité que comme témoin et où sa responsabilité directe n’est nullement engagée.
À titre d’exemple , l’affaire « LAFARGE », révélée par les mêmes créneaux médiatiques, a ciblé directement Messieurs Zikara et Raouya, alors que  d’autres responsables proches de cette affaire ont été délibérément occultés , à l’image du Directeur de la DGE.
Toufik Bendris pourrait remplacer Mohamed Ghenou 
Cet acharnement médiatique s’est accéléré ces derniers jours avec l’imminence d’un changement à la tête de la DGE où l’on annonce la nomination de Toufik Bendris, Directeur des Impôts d’Alger-centre,  à la place de Mohamed Ghenou qui a occupé ce poste depuis une dizaine d’années.
La nomination imminente d’un proche du cercle dirigeant de l’Administration Fiscale à la tête d’une structure aussi importante que la DGE « dérange énormément ces cercles occultes » , selon notre source et explique en grande partie cette campagne médiatique  « commanditée » contre le DGI.
Décidément, tous les moyens sont bons pour ces « milieux économico-financiers » afin de préserver des espaces d’influence menacés par ces changements qui ont touché la DGI. 
À tambours battants, cette campagne médiatique ciblée et loin d’être innocente ou gratuite n’est , en fait , qu’une partie apparente d’un iceberg cachant mal une lutte d’influence entre des milieux aux intérêts diamétralement opposés pour une Administratives Fiscale aux enjeux stratégiques. 
 
Salim Bey