Djamel Belmadi, un grand entraîneur pour une FAF faible et incompétente - DIA
34381
single,single-post,postid-34381,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-FAF belmadi

Djamel Belmadi, un grand entraîneur pour une FAF faible et incompétente

DIA-05 août 2018: Le nouveau sélectionneur national, Djamel Belmadi, aura du pain sur la planche et fera face à des défis auxquels il ne s’attendait pas du tout. Le premier défi pour Belmadi c’est de composer avec une fédération algérienne de football faible par son organisation et son manque d’expérience pour ne pas dire son incompétence.
Les circonstances de désignation de Djamel Belmadi dénotent de l’amateurisme de la FAF, laquelle a été sauvée par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Selon les informations parvenant du MJS, c’est le premier responsable du secteur, Mohamed Hattab, qui était intervenu en personne pour accélérer le processus de désignation du sélectionneur national.
Ayant constaté que le président de la FAF Kheireddine Zetchi était en train de patiner, le ministre avait ordonné de contacter Belmadi qui est un ancien international respecté par tous les Algériens. C’est ainsi que Madjid Bouguerra, ancien capitaine de l’équipe nationale, a été chargé de prendre contact Belmadi.
Bouguerra évoluait aussi à Lekhwya (Qatar), club entrainé par Belmadi. C’est après l’intervention du MJS que la situation a été débloquée, ce qui explique la célérité avec laquelle le recrutement de Belmadi a été conclu. Toutefois, le recrutement de Belmadi n’est pas une fin en soi dans la mesure où le plus difficile est à venir compte tenu de l’incohérence des décisions de la FAF.
Pour rappel, le président de la FAF avait affirmé qu’une commission sera mise en place pour choisir de manière le futur sélectionneur national. Il avait aussi affirmé que le responsable de la Direction technique nationale, Rabah Saâdane qui est le doyen des entraineurs en Algérie, sera consulté. Pour la précision, Saâdane a été engagé comme conseiller du président de la FAF avant sa désignation à la tête de la DTN !
En définitive, Zetchi a ignoré tout ce beau monde et avait recruté Belmadi sans consulter ni les membres du BF et encore moins la DTN. Pis encore, des membres du BF ont avoué qu’ils ont appris les contacts entre la FAF et Belmadi à travers la presse.
Une situation préjudiciable pour la FAF et son président, quand on sait que des membres du bureau fédéral jurent par tous les noms qu’ils ne pardonneront jamais ce geste au président de la fédération. Du coup, c’est l’entourage immédiat de l’équipe nationale qui tend vers le pourrissement puisque  la mésentente entre le président de la FAF et les membres de son bureau influera directement et négativement sur l’environnement immédiat de l’équipe nationale.
A ce titre, Belmadi est appelé à assainir cet environnement en écartant les éléments pouvant parasiter son travail et sa mission. En ce sens, le nouveau sélectionneur national risque de se retrouver face à de faux problèmes, alors qu’il est habitué à travailler dans un environnement sain où tout un staff travaille sous sa coupe et pour le bien de l’équipe. Ce qui ne semble pas être le cas à la FAF, laquelle reste faible à cause de l’inexpérience conjuguée à l’incompétence de son encadrement, président et membres du bureau fédéral.
Nassim Fateh