Le document des RCB qui dément le communiqué de l'Ambassade de France - DIA
35448
single,single-post,postid-35448,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Abdenour H

Le document des RCB qui dément le communiqué de l’Ambassade de France

DIA-09 septembre 2018:  Après la publication de l’article de DIA qui lève le voile sur le mode  de financement et d’organisation des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, l’Ambassade de France a réagi dans un communiqué pour « donner des précisions » concernant la position d’Abdenour Houchiche, précisant qu’il est chargé de mission cinéma au service de coopération et d’action culturelle. L’Ambassade de France ajoute que M. Houchiche est certes l’un des fondateurs des Rencontres cinématographiques de Béjaïa mais il ne faisait pas partie cette année du comité d’organisation du festival. Il s’est rendu au festival en tant qu’ »observateur » afin d’y représenter l’Institut français d’Algérie, compte-tenu de l’importance artistique et culturelle de cette manifestation.DIA-LETTRE DE BEJAIA

Seulement voila : c’est bien le nom et la signature d’Abdenour Houchiche   « l’observateur » de l’IFA qui signe les invitations des RCB pour les participants et qui signe les demandes officielles pour les institutions gouvernementales. Si Houchiche a quitté les RCB pourquoi il est encore signataire des courriers officiels de l’Association ? Un document qui mettra sûrement dans la gêne l’Ambassade de France qui est toujours rigoureuse dans la gestion de ses affaires administratives. 

Même si le communiqué de l’Ambassade de France n’a pas révélé le montant de l’aide accordée aux RCB, il est clair que cette affaire a ouvert la boite de pandore d’un festival qui a longtemps fait croire à une  manifestation indépendante.

En plus du financement de la logistique, les RCB bénéficient de billets d’avion gratuits, pour les invités venant de France. Ces billets de la compagnie française Aigle Azur sont financés dans le cadre de la coopération culturelle et achetés par le biais du leader des agences de voyage Carlson Wagonlit Travel. Ces billets n’ont aucune existence ou trace dans les bilans financiers des RCB, car ces dépenses sont supportées par l’Ambassade de France et qui apparaissent chaque année

Enfin on regrette que ce conflit entre nous et les RCB, a entaché nos relations avec l’Ambassade de France, avec qui nous avons toujours eu de bons rapports, mais nous tenions à dénoncer une imposture culturelle qui n’a que trop duré concernant  les soi-disant idéaux d’indépendance et de  liberté de création  cinématographique.

Amir Hani