Dopé par le Moyen-Orient, le pétrole au plus haut en 3 ans à Londres - DIA
30804
single,single-post,postid-30804,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dernière infos Algerie:La-recette-de-fabrication-du-pétrole

Dopé par le Moyen-Orient, le pétrole au plus haut en 3 ans à Londres

DIA-10 avril 2018: Les cours du pétrole ont de nouveau nettement grimpé mardi à la faveur d’un apparent apaisement des tensions entre Pékin et Washington et d’un regain de risques pouvant affecter la production d’or noir au Moyen-Orient.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé en hausse de 2,39 dollars à 71,04 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), son plus haut niveau en clôture depuis fin 2014.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de mai a pris 2,09 dollars pour finir à 65,51 dollars.

En deux séances le prix du Brent a grimpé de 5,9% et celui du WTI de 5,6%.

« La séance du jour reste focalisée sur les thématiques géopolitiques », a expliqué Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix. Les cours du pétrole, après avoir baissé la semaine dernière avec le risque d’une « guerre commerciale » entre la Chine et les Etats-Unis, montent désormais avec les peurs d’une « guerre des missiles », a-t-il souligné.

Depuis l’attaque présumée aux « gaz toxiques » qui aurait fait des dizaines de morts samedi dans la ville de Douma, dernier bastion rebelle aux portes de la capitale syrienne, Donald Trump fait planer la menace d’une intervention militaire.

La Maison Blanche a annoncé mardi que le président américain ne participerait pas, comme initialement prévu, au Sommet des Amériques en fin de semaine au Pérou, mais qu’il resterait à Washington « pour superviser la réponse américaine à la Syrie ».

« Des frappes aériennes américaines et françaises sur la Syrie ne concerneraient pas le marché du pétrole en tant que tel, mais la Russie a prévenu qu’elle pourrait répliquer militairement », a noté Olivier Jakob, qui estime que cela pourrait éventuellement donner lieu à des sanctions américaines sur le pétrole russe.

« Les Etats-Unis pourraient aussi décider de prendre des mesures contre l’Iran, un autre important producteur de pétrole », a souligné Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Les investisseurs, qui craignaient les risques d’une montée des tensions entre les Etats-Unis et la Chine sur la croissance mondiale et in fine la demande en énergie, ont par ailleurs été rassurés sur ce front par des propos jugés apaisants du président Xi Jinping.

Semblant répondre point par point aux récentes attaques de Donald Trump, le dirigeant chinois a notamment promis une « nouvelle phase » d’ouverture de l’économie de son pays. Le président américain l’a remercié pour « ses paroles aimables ».

Ces éléments ont éclipsé un rapport mitigé de l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), qui a légèrement révisé à la baisse ses prévisions de production de brut aux Etats-Unis en 2018 (à 10,7 millions de barils par jour) et à la hausse ses prévisions pour 2019 (à 11,4 millions de barils par jour).