DIA | Du mensonge de Madjer à la fabuleuse aventure de Belmadi
55871
post-template-default,single,single-post,postid-55871,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Du mensonge de Madjer à la fabuleuse aventure de Belmadi

DIA-17 octobre 2020: L’équipe nationale de football est en train d’écrire les plus belles pages de son histoire récente. Cela a été rendu possible grâce à l’entraîneur Djamel Belmadi qui a métamorphosé le Club Algérie pour bâtir une équipe de niveau mondial.

Belmadi qui a pris en main l’équipe en 2018, a réussi à décrocher le titre de champion d’Afrique et se fixe, à présent, l’objectif de se qualifier au Mondial-2022 du Qatar. Le discours et les objectifs de Belmadi contrastent avec les propos tenus par son prédécesseur, Rabah Madjer.

Ce dernier avait déclaré lors d’une de ses conférences de presse que s’il partait, l’équipe nationale allait être démolie.

Madjer avait mis en garde tous ceux qui le critiquaient et avaient soutenu qu’il était contraint de rester à la tête de l’équipe dans le but de ne pas la détruire. Heureusement que les résultats et les supporters de l’équipe nationale n’étaient pas de son côté, ce qui avait amené la FAF à le limoger, sachant que Madjer a été imposé au président de la FAF, Kheireddine Zetchi.

Alors que le président de la FAF allait commettre la même erreur, comme celle de recruter l’Espagnol Lucas Alcaraz, en annonçant de grands noms étrangers pour l’EN, c’est finalement un choix par défaut qui a été privilégié.

N’ayant pas trouvé d’entraineurs disponibles, Zetchi  a engagé Belmadi en 2018. Avec un langage franc, une discipline de fer mais aussi et surtout avec tout l’amour qu’il porte à l’équipe nationale, Belmadi a rebâti  ce qui a été détruit par Madjer.

Ce dernier avait laissé derrière lui un groupe divisé et une équipe minée par des luttes intestines entre les joueurs. Madjer avait commencé à écarter des joueurs comme Guedioura et Feghouli ; et projetait d’évincer M’bolhi, Mahrez et Mandi.

Heureusement que Belmadi était venu à la rescousse pour mettre un terme au mensonge de Madler et à son plan destructeur de l’équipe nationale. Une année après sa nomination, Belmadi devient champion d’Afrique avec les joueurs que Madjer voulait écarter.

Après la CAN et la pandémie du Coronavirus, plusieurs techniciens et observateurs appréhendaient les deux dernières sorties de l’équipe nationale, contre le Nigeria et le Mexique en amical. Ces appréhensions sont justifiées par le repos forcé imposé aux champions d’Afrique durant toute une année.

Ces observateurs et techniciens de même que les supporters des Verts ont été agréablement surpris de découvrir une sélection nationale encore plus forte. Le repos forcé durant la pandémie n’a pas eu de conséquences négatives sur l’équipe dont le niveau s’est amélioré. Désormais, la sélection nationale a dépassé le niveau africain pour atteindre un niveau mondial. Tel est l’objectif de Belmadi dont le langage cru permettait de dire la vérité aux Algériens, désabusés et aigris par les mensonges de Madjer…

Nassim Fateh