DIA | Ecoulées à 50 et 100 DA la pièce : les prix des bavettes de protection toujours excessifs en Algérie
54012
post-template-default,single,single-post,postid-54012,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ecoulées à 50 et 100 DA la pièce : les prix des bavettes de protection toujours excessifs en Algérie

DIA-18 août 2020: Les Pouvoirs publics hésitent à obliger les citoyens à porter des masques de protection ou des bavettes en raison des prix de ces articles qui demeurent plutôt excessifs. En effet, les prix oscillent entre 50 et 100 dinars, soit 50 DA pour les bavettes jetables et 100 DA pour les bavettes lavables.

Les Pouvoirs publics avaient annoncé que des quantités appréciables de masques ont été importées ou fabriquées localement, mais force est de constater que les prix sont toujours en hausse car il n’est pas aisé pour un simple citoyen ou un père de famille de s’offrir des bavettes jetables pour lui et les autres membres de sa famille à 50 DA l’unité. Les bavettes jetables étaient cédées à 15 DA l’unité avant la pandémie du Covid-19, avant de voir leur prix augmenter de manière effarante. Selon des spécialistes, le prix de revient d’une bavette jetable ne dépasse pas les 8 DA.

Quant aux bavettes « lavables », leur efficacité n’est pas avérée à 100% d’où la nécessité d’encourager les citoyens à utiliser les bavettes jetables.

Il faut aussi relever que les différentes Organisations telles que le Croissant rouge algérien (CRA), les Scouts algériens de même que des entreprises économiques publiques et privées ont offert des centaines de milliers de masques à des entreprises et à des associations. Selon des témoignages, ces bavettes ont été accaparées par des « cadres » de ces entreprises, alors qu’elles étaient destinées aux travailleurs.

A titre d’exemple, en Europe, notamment en France et en Italie, les différentes entreprises remettent sept bavettes au début de chaque semaine à chaque employé afin qu’il puisse se protéger. En Algérie, les travailleurs de plusieurs entreprises n’y voient que du feu et se retrouvent contraints d’acheter des bavettes « lavables » dont la qualité et l’efficacité demeurent douteuses.

Les Associations qui reçoivent des bavettes de la part des entreprises et des bienfaiteurs ne semblent pas également jouer le jeu, au moment où des crèches, des magasins de chaussures, de vêtements et des couturières se sont improvisés comme « fabricants de bavettes » sans qu’ils n’observent les normes requises ! Quant aux prix, ils demeurent exagérés comparativement au prix de revient de chaque bavette.

En raison de cette anarchie incontrôlable et surtout de la cupidité de ceux qui monopolisent les bavettes, les Pouvoirs publics en Algérie n’imposent aucune mesure obligeant les citoyens à porter des masques de protection.

Amir Hani