BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Elections locales sous haute tension: Bataille rangée entre le FLN et le RND

DIA-23 Novembre 2017: Les élections locales se sont déroulé sous haute tension en Algérie, alimentée par les craintes de fraude exprimées par certains partis.

Après le vote suspendu à Djezar, dans la wilaya de Batna, les incidents gagnent la wilaya de Béjaia où un bureau de vote a été saccagé et des urnes détruites. Selon certaines informations, les urnes du bureau de vote de Boudjelil ont été saccagés après des escarmouches entre représentants de partis. Des accusations de fraude seraient, ainsi, à l’origine de cet incident.

Dans le centre de vote du quartier de Sersour, wilaya de Saïda, nord-ouest d’Alger, un surveillant a dévoilé un cas flagrant de fraude au profit des candidats du Front de libération nationale (FLN).

En effet, le surveillant a retrouvé plusieurs dizaines d’enveloppes contenant des bulletins FLN (numéro 5). Ce cas de fraude empêché à la dernière minute a suscité beaucoup de colère dans le centre de vote. La vidéo a été mise en ligne sur Facebook pour dénoncer cet acte.

De son coté, le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal, a affirmé jeudi que plus de 690 saisines ont été enregistrées depuis le début de l’opération électorale jusqu’à avant la clôture, soulignant que ces saisines n’avaient aucun impact sur le déroulement des élections locales.

En effet, l’opération électorale “se déroule dans de bonnes conditions”, avait indiqué M. Derbal dans une déclaration à la presse au siège de la HIISE, ajoutant que les “observateurs représentant les partis politiques sont présents en grand nombre au niveau des bureaux de vote, ce qui est, avait-il dit, très rassurant”. “Les services de la HIISE ont été destinataires de 690 saisines dont 313 interventions directes”, a souligné M. Derbal qui a précisé que les procureurs généraux de la République ont été saisis seize fois.

Par ailleurs, le Premier ministre et Secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a réagi dans une déclaration ce soir sur la chaîne Ennahar TV aux incidents et dépassements enregistrés dans certains centres de vote.

En effet, dans une déclaration faite à Ennahar TV, Ahmed Ouyahia estime qu’il est “impossible qu’il n’y ai pas de dépassements”.

Selon lui, il est question d’escarmouches entre les partisans de partis politiques” et parfois quelques tensions entre les surveillants. Il cite, entre autres, les cas enregistrés dans la wilaya d’El-Oued et dans la daïra de Barika à Batna.

Les Algériens ont par ailleurs quelque peu boudé jeudi l’élection de leurs élus communaux et départementaux, affichant leur défiance d’un système politique figé, dans un contexte économique et social sensible.

La participation est le principal enjeu du scrutin. Seuls à disposer d’une assise nationale et à être représentés sur l’ensemble du territoire, le Front de libération nationale (FLN) et son allié du Rassemblement national démocratique (RND) sont assurés de l’emporter, selon les observateurs.

Aucun des principaux partis d’opposition n’a réussi à présenter des listes dans plus de la moitié des communes du pays, faute d’un maillage national, mais aussi, ont dénoncé ces formations, à cause d’obstacles bureaucratiques à la constitution et à l’enregistrement de leurs listes.

A 17H00, le taux de participation s’établissait à 34,46% pour l’élection des assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et à 33,26% pour celle des assemblées populaires de wilaya (APW, conseils départementaux), a annoncé le ministre de l’Intérieur, Nourredine Bedoui, en hausse d’environ 6 points par rapport à 2012 à la même heure.

Lors du précédent scrutin local en 2012, 44,27% des électeurs au total avaient voté pour les communales et 42,84% pour les départementales.

Face à l’absence d’alternance, les Algériens se sont rendus peu aux urnes ces dernières années: à peine plus de la moitié des électeurs (51,7%) se sont déplacés pour la présidentielle de 2014 et à plus d’un tiers pour les législatives de mai dernier (35,37%), contre 42,9% cinq ans auparavant.

La campagne des locales a suscité peu d’enthousiasme dans ce pays jeune, dont près de 45% de la population a moins de 25 ans, mais où 30% de ces jeunes sont au chômage et où le système politique apparaît figé et immuable, impliquant les mêmes acteurs depuis des décennies.

L’Algérie souffre en outre économiquement de la chute, depuis 2014, des prix du pétrole, source de 95% de ses devises, qui a notamment ralenti la croissance et fait grimper l’inflation et le chômage (12% de la population active).

Les derniers bureaux ont fermé à 20H00 (19H00 GMT) et le dépouillement a commencé. Les résultats officiels sont attendus vendredi après-midi.

Quelque 22 millions d’électeurs étaient appelés à choisir parmi une cinquantaine de partis politiques, quatre alliances et de nombreuses listes indépendantes, qui s’affrontaient pour les sièges des 1.541 conseils municipaux et des 48 conseils départementaux.

Amir Hani  

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

dia-Sonalgaz

Sonelgaz annonce une coupure de gaz à Alger-ouest sans préciser la date de son rétablissement

DIA-14 décembre 2017: La Sonelgaz procédera à une coupure de gaz mardi prochain dans huit ...