Exclusif: Dans les coulisses du film Ahmed Bey avec "Le Dey" Depardieu - DIA
35226
single,single-post,postid-35226,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-dEY hUSSEIN PACHA

Exclusif: Dans les coulisses du film Ahmed Bey avec « Le Dey » Depardieu

DIA-02 septembre 2018: Il est presque 16h, c’est tout juste la fin de la journée de tournage du film Ahmed Bey, qui a commencé dès 5h du matin dans ce lieu mythique à la wilaya d’Alger. Le décor mauresque a servi à la scène légendaire du coup d’éventail du Dey Hussein contre le consul Deval. Il faut dire que le siège de la wilaya d’Alger (ex-hôtel de préfecture) édifice construit entre 1908 et 1913 par l’architecte français Jules Voinot, est un bijou architectural pour les cinéastes. La majorité des grands cinéastes a tourné dans ce lieu mythique: « La bataille d’Alger » de Pontecorvo, « Décembre » de Mohamed Lakhdar Hamina, « Z » de Costa Gavras ou encore Zabana de Said Ould Khelifa. 

Le monstre sacré du cinéma Gérard Depardieu était assis dans un grand fauteuil pas loin d’un énorme climatiseur. La chaleur est suffocante. L’équipe est au petit soin avec lui. Pas loin, le directeur photo iranien du film Tooraj Mansouri fait un débriefing avec le premier assistant libanais (Qui parle farsi, arabe et français). Il est le point d’orgue entre l’équipe technique iranienne et les équipes algériennes. 

Dans ce film au budget conséquent, la productrice, Samira Hadj jilani, a misé sur l’expérience artistique des iraniens pour réussir son oeuvre cinématographique. La mise en scène, la photo, le décor et surtout le maquillage, sont la force de ce film. Au total cinq techniciens iraniens ; pour le reste l’équipe technique est totalement algérienne. 

DIA-Depardieu 1

Depardieu lors du tournage du film Ahmed Bey. Photo:Djamel Hadj Aissa

Pour gagner en visibilité à l’international, la productrice algérienne a misé sur le monstre sacré du cinéma: Gérard Depardieu. Mais au lieu d’interpréter le rôle d’un français dans le film, (Puisque celui-ci évoque le début de l’invasion coloniale française), le comédien a choisi le rôle du Dey Hussein. Un personnage haut en couleurs et historiquement symbolique puisqu’il a été le premier à défier la puissance napoléonienne. Depardieu qui est connu pour ses positions politiques anti-gouvernement français, a choisi le camp algérien contre le camp français.  Même si le choix du personnage a surpris plus d’un spécialiste et critique, l’image de Depardieu à l’écran est époustouflante. Celui qui a campé le rôle de Christophe Colomb, a réussi sa transformation en dernier dirigeant ottoman d’Alger: Le Dey Hussein. Le comédien s’exprime dans sa réplique en français, face au consul Deval. Les expressions du visage son fortes et le maquillage a transformé totalement le comédien qui possède également le gabarit d’un Pacha correspondant au rôle.  

A la fin de ce premier jour de tournage avec Depardieu, le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi est venu saluer la grande star. Très vite le courant est passé entre les deux hommes. Gérard appelle le ministre algérien par son prénom « Azzedine » et le ministre intellectuel appelle la star du film algérien « Gérard Dey Pardieu » ; unefusion des deux noms qui a été très appréciée par le comédien qui a ri à haute voix comme à son habitude.

Il est 18h, le wali d’Alger Abdelkader Zoukh arrive sur les lieux. La production le sollicite pour un jour de tournage supplémentaire.  Une demande rapidement acceptéepar le premier responsable de la wilaya qui a voulu contribuer à sa manière au développement du cinéma algérien. 

Le wali, le ministre, la productrice et la star s’isolent dans la grande salle pour un thé. Gérard profite de l’occasion pour raconter ses anecdotes algériennes. Une ambiance conviviale qui a traversé les murs de la wilaya et qui a vu le groupe , au sortir de la salle, face à trois photographes à l’affût. 

La première journée de tournage de Gérard Depardieu le nouveau Dey d’Alger s’est achevée avec le sentiment fort d’avoir gagné un nouveau pays d’adoption: l’Algérie. 

Salim AGGAR 

 

DIA-TOURAGE AHMED BEY