Face au silence de l'ARAV, Kaouane critique les programmes des TV durant le Ramadhan - DIA
32981
single,single-post,postid-32981,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-kaouane

Face au silence de l’ARAV, Kaouane critique les programmes des TV durant le Ramadhan

DIA-18 juin 2018: Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, s’en pris violemment aux chaînes de télévision privées qui ont diffusé des programmes «bidons» durant le mois de Ramadhan, marqués par de la «violence». Il aura ainsi fait le travail de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), laquelle a préféré se confiner dans un silence absolu, ne dénonçant, ne serait-ce que par un communiqué, ces programmes.
Kaouane qui s’exprimait en marge d’une visite à la Maison de la presse Tahar-Djaout (1er-Mai) et la Maison de la presse Abdelkader-Safi (Kouba), a estimé que les programmes proposés par les chaînes de télévision privées durant le mois sacré, ont mis à nu leur absence de créativité. Il a également déploré la présence de la violence dans les programmes des caméras cachées, qu’il a qualifiées de «caméras cachées bidonnées». Pour le ministre, ces programmes sont dépourvus de professionnalisme et d’éthique.
Pour Kaouane, la responsabilité incombe beaucoup plus aux gestionnaires de ces médias, lesquels auraient du interdire la diffusion de programme où il y a trop de violence. Cette absence de créativité est également justifiée par le refus des responsables de ces chaînes TV d’innover en produisant des sitcoms ou des sketches. Ils ont recouru aux caméras cachées qui n’exigent pas des moyens et surtout des investissements.  
Amir Hani