Quand le Festival de Cannes est rattrapé par le massacre à Gaza - DIA
32061
single,single-post,postid-32061,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
TOPSHOT - French-Lebanese actress Manal Issa (R) holds a sign reading "Stop the Attack on Gaza" as she arrives on May 15, 2018 with Syrian director Gaya Jiji (2ndR) and Greek-South African film director Etienne Kallos (2ndL) for the screening of the film "Solo : A Star Wars Story" at the 71st edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)        (Photo credit should read LOIC VENANCE/AFP/Getty Images)

Quand le Festival de Cannes est rattrapé par le massacre à Gaza

DIA-16 mai 2018: Au moment où on massacrait les enfants et les jeunes à Gaza, la célèbre montée des marches de la Croisette à Cannes, accueillait les stars sur le red carpet. Une jeune actrice franco-libanaise a décidé de rappeler la dure réalité de la colonisation et l’indifférence médiatique internationale, en hissant une pancarte qu’elle a soigneusement cachée dans son sac, sur laquelle on peut lire : « STOP THE ATTACK ON GAZA ». La jeune comédienne le regard grave et le maquillage noir a souhaité faire passer un message fort, en profitant de la présence des dizaines de photographes et caméras, en brandissant la pancarte la plus politique et la plus engagée de cette édition du festival de Cannes. Elle se trouvait aux côtés de Gaya Jiji et Etienne Kallos qui ignoraient visiblement tout de son geste. 

Manal Issa, 26 ans, jeune actrice a joué dans des films français et libanais « Peur de rien », « Nocturama » ou encore « One of these days ». En 2017, lauréate du prix de la meilleure actrice de la 6e Nuit des Mabrouk de la foundation Liban Cinéma, elle est nommée Révélation aux Césars et au 22e prix Lumières de la presse internationale pour le rôle principal de Lina dans le film Peur de rien de Danielle Arbid. Elle est membre du jury du Festival Premiers Plans d’Angers.

DIA-Pavillon palestinien

Le pavillon palestinien et l’indifférence des médias occidentaux 

Le mardi, l’acteur hollywoodien Benicio del Toro s’est joint aux Palestiniens au Festival de Cannes lors d’une manifestation contre l’assassinat de civils palestiniens par l’armée israélienne à la frontière de Gaza. Des dizaines de personnes se tenaient en cercle et se tenaient la main devant le pavillon palestinien lundi à 17h. « C’est vraiment fou d’être ici avec les films, avec les cinéastes, de parler de nos plans futurs pendant que nos enfants et nos familles souffrent de l’attaque israélienne », a déclaré la productrice  et réalisatrice palestinienne May Odeh.  Les médias occidentaux et même arabes n’ont pas médiatisé cette halte contre le massacre des gazaouis. Le seul média qui en parle c’est le Centre palestinien d’information. Aucune photo ou vidéo de la star américaine Benicio Del Toro soutenant les palestiniens n’est visible dans les médias, c’est comme-ci que cette manifestation engagée n’a jamais existé à Cannes.     

 

D’ailleurs, les médias occidentaux et même arabes n’ont jamais évoqué dans leurs reportages que la Palestine est présente au festival de Cannes avec son propre pavillon pour la première fois de son histoire. 

Salim AGGAR