Le film "l’Opium et le Bâton" sera projeté au Festival de Cannes (Vidéo) - DIA
31442
single,single-post,postid-31442,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-L'opuim et la baton

Le film « l’Opium et le Bâton » sera projeté au Festival de Cannes (Vidéo)

DIA-29 avril 2018: Le célèbre film d’Ahmed Rachedi « l’opium et le bâton » sera présenté durant le Festival de Cannes à la Quinzaine des réalisateurs à l’occasion de ses 50 ans qui seront célébrés sur la croisette du 09 au 15 mai prochain. 

L’information a été annoncée sur le site de la Quinzaine des réalisateurs et a été confirmée par le cinéaste Ahmed Rachedi aujourd’hui.  

C’est la première fois que ce film qui évoque d’une manière très cinématographique la révolution algérienne est présenté sur la croisette. 

Dans sa présentation, le site de la Quinzaine des réalisateurs parle de ce film d’une manière discrète et evoque une oeuvre  sur Guerre d’Algérie, quand le docteur Lazrag quitte Alger pour rejoindre son village natal, Thala. S’y affrontent « maquisards » (Moudjahidines)  et occupants, bouleversant la vie quotidienne des habitants. 

La programmation de ce célèbre film sur la révolution algérienne est une bonne chose de la part organisateurs de la Quinzaine des réalisateurs, offrant ainsi une possibilité au public, aux professionnels étrangers et à la presse internationale de découvrir l’un des meilleurs films sur la guerre d’Algérie. 

Si le film « l’opium et le bâton » qui est adapté de l’oeuvre de Mouloud Mammeri, est considéré comme l’un des meilleurs films algériens sur le plan artistique, sa force réside aussi dans le casting, sans doute le plus important dans un film algérien. En plus des stars algériennes: Sid Ali Kouiret, Rouiched, Mustapha Kateb, Hassan El Hassani, Abdelahalim Rais et Brahim Hadjadj, il y avait également de grands comédiens français:  Marie-José Nat, Jean-Claude Bercq et surtout Jean-Louis Trintignant. La musique est signée également par le grand compositeur français Philippe Arthuys, qui composa pratiquement tous les films  de Mohamed Lakhdar Hamina.  

Sur un autre plan, c’est le quatrième film qui évoque directement la guerre d’Algérie à être présenté durant le Festival de Cannes, après le « Vent des Aurès » en 1966, « la bataille d’Alger » en 1965 et « Les Hors la loi »en 2010. Même si le film sera projeté en hors compétition, l’extrême droite , présente  à Cannes , pourrait être irritée par la projection de ce film témoin sur la guerre que menaient les moudjahidines contre l’armée coloniale. 

Salim AGGAR