Fin du billet de 500 euros, la monnaie des trafiquants de la devise - DIA
39677
single,single-post,postid-39677,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
500 euro

Fin du billet de 500 euros, la monnaie des trafiquants de la devise

DIA-29 janvier 2019: Depuis ce dimanche 27 janvier, le billet de 500 euros, ne sera plus produit par les banques centrales européenne. Si les billets violets ne représentent que moins de 3% du papier monnaie en circulation dans l’Union européenne, ils valent pourtant plus de 250 milliards d’euros. Et depuis 2016, la BCE estime que cette valeur a été largement captée par les organisations mafieuses. Un constat appuyé par les autorités britanniques, dont une étude de 2010 concluait que 90% des billets de 500 euros importés outre-Manche étaient aux mains du crime organisé.

C’est donc afin de ne plus “faciliter les pratiques illicites” que la BCE dit au revoir à ce billet si peu connu des portefeuilles. Imaginée sous l’influence de l’Allemagne, qui souhaitait pour le passage à l’euro disposer d’un équivalent à son billet de 1000 deutschmarks, la grosse coupure n’a jamais été populaire dans les magasins. Bien souvent, un individu se présentant à la caisse avec un billet de 500 euros se verra refuser son paiement. Que les propriétaires de petits commerces ne se réjouissent pas trop vite cependant: si sa production cesse, le billet de 500€ reste en circulation, sans date d’expiration pour le moment.