Flambée des prix durant le mois de Ramadhan : les fausses promesses de Djellab et Bouazghi - DIA
32740
single,single-post,postid-32740,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Marché peuple

Flambée des prix durant le mois de Ramadhan : les fausses promesses de Djellab et Bouazghi

DIA-08 juin 2018: L’engagement du ministre du Commerce, Said Djellab et celui de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, de baisser les prix des différents produits après la première semaine du mois de Ramadhan, n’est que du vent. Les deux ministres avaient annoncé en grandes pompes et avec une assurance insolente que les prix des fruits et légumes notamment allaient connaitre une importante baisse après la première semaine du mois sacré. Or, on entame la dernière semaine du Ramadhan et les prix ne cessent d’augmenter, apportant ainsi un démenti à ces deux ministres qui, force est de constater, ne maitrisent pas leurs secteurs.
Les deux ministres avaient effectué des tournées «inopinées» dans plusieurs marchés durant le mois de Ramadhan et avaient tenu un discours qui s’est avéré trompeur. Les deux ministres avaient tablé sur la baisse des prix à la faveur de l’ouverture de 159 marché de proximité au niveau national.
Mais il n’en est rien dans la mesure où les spéculateurs et autres mandataires ont pris le dessus sur ces deux membres du gouvernement. Ceux qui interviennent dans le circuit de distribution et d’approvisionnement ont battu Djellab et Bouazghi en imposant leur dictat en ce qui concerne les prix des différents produits. Les marchés de proximité et autres points de vente ouverts à travers le pays n’ont pas déjoué les plans de ces spéculateurs qui, somme toute, sont plus forts que les deux ministres réunis.
Il faut relever que le ministre du Commerce était un cadre dans ce département et c’est lui qui avait établi la liste des produits à interdire à l’importation. Une liste qui a été revue par la suite par le gouvernement, sachant que la suppression à l’importation de certains produits avait contraint plusieurs manufactures et petites entreprises à baisser rideau. C’est dire  toute l’approximation dans la gestion du secteur du Commerce.
Quant au ministre de l’Agriculture, il avait déclaré l’année passée que c’est grâce à la politique prônée par le Président Abdelaziz Bouteflika que les prix avaient connu une baisse sensible le mois de Ramadhan de l’exercice précédent. On aurait souhaité qu’il nous explique les causes de la hausse des prix  de cette année !
Amir Hani