Le FLN fait le bilan du Président Bouteflika et s'interdit de parler du 5e mandat - DIA
29902
single,single-post,postid-29902,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-djamel-ould-abbas

Le FLN fait le bilan du Président Bouteflika et s’interdit de parler du 5e mandat

DIA-17 mars 2018: Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbas s’est interdit de parler d’un éventuel 5e mandat du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, mais il n’a pas hésité à établir le bilan du chef de l’Etat et les réalisations accomplies depuis 1999. «Vous n’allez pas m’avoir», a-t-il lancé à un journaliste qui lui a posé une question sur le 5e mandat.
Il a indiqué que le bilan du Président , établi par le FLN sera soumis au Président Bouteflika en sa qualité de président d’honneur du parti.
Ould Abbas a ainsi passé en revue les réalisations accomplies depuis 1999 à tous les niveaux notamment « le rétablissement de la paix et de la sécurité à la faveur de la politique de la concorde civile et de la réconciliation nationale, le remboursement anticipé de la dette extérieure du pays au plan économique outre les accomplissements dans les domaines de la santé, de l’éducation, du logement et autres ».
Ould Abbes lors de la réunion des secrétaires des mouhafadhas et présidents des commissions transitoires du parti, a indiqué que cette rencontre « sera sanctionnée de rapports et de recommandations en prévision de 2019 », année de l’élection présidentielle en Algérie.
L’Algérie « avance à pas sûrs en dépit du recul des cours du pétrole », a soutenu Ould Abbas, indiquant que « les parties qui veulent ternir l’image du pays ont échoué dans leur démarche ».
Il a nargué ces parties et ceux qui appellent à remettre le FLN au musée en affirmant que « le parti du FLN détient la légitimité historique et est constamment sur le terrain ».
Le FLN, qui détient « une base populaire » constitue « la mémoire du peuple algérien et n’est pas à vendre », a-t-il martelé.
En dernier il a annoncé que la réunion du Comité central du parti devrait intervenir le mois prochain. Une réunion qui s’annonce d’ores et déjà houleuse compte tenu des décisions et sorties d’Ould Abbes.
Amir Hani