Ces footballeurs qui se droguent sans qu'ils ne soient poursuivis en justice - DIA
39703
single,single-post,postid-39703,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-cHICHA

Ces footballeurs qui se droguent sans qu’ils ne soient poursuivis en justice

DIA-30 janvier 2019: Les aveux du joueur du MC Alger, Hicham Cherif El Ouazzani, sont sidérants ! Il a déclaré ouvertement qu’il a consommé de la cocaïne «par erreur» et s’est même permis de demander à la Fédération algérienne de football de lui accorder des «circonstances atténuantes» car il ignorait ce qu’il consommait, selon ses dires.
Il a voulu faire croire qu’on lui a introduit de la cocaïne dans sa chicha, comme si consommer de la chicha (Narguilé) était permis pour un footballeur de haut niveau et évoluant dans un club professionnel de la trempe du MCA. Incroyable ! Ce joueur aura insulté et terni ce club et toutes les gloires qui ont fait du Mouloudia un club historique.
Consommer de la cocaïne est un acte interdit par la loi. Or, Hicham Cherif EL Ouazzani a bien déclaré qu’il a consommé cette drogue sans que son club employeur ne réagisse, alors que la FAF, la LFP et le ministère de la Jeunesse et des Sports font la sourde oreille, comme s’ils n’avaient rien vu ou entendu.
Le joueur sera certainement sanctionné sportivement par la FAF qui lui infligera une suspension d’une durée de deux à quatre ans. Toutefois, il ne faut pas s’étonner si ce joueur n’est pas inquiété quand on sait que d’autres joueurs avaient été pris la main dans le sac sans qu’ils ne soient poursuivis en justice. On peut surtout citer Youcef Belaili qui avait été suspendu par la FAF pour avoir consommé de la drogue.
Mais à la surprise générale, la FAF qui était présidée par Mohamed Raouraoua à l’époque, n’avait pas saisi la justice. Idem pour son club employeur, l’USM Alger, présidé par les frères Haddad, alors que le MJS n’avait même pas pondu le moindre communiqué.
Aujourd’hui, il ne faut pas s’étonner si des joueurs continuent de consommer de la cocaïne et se droguent car ils savent que la pire des choses qui puisse leur arriver, c’est d’écoper d’une sanction sportive. Or, leur cas relève du pénal et ces joueurs doivent être poursuivis en justice car il s’agit de remonter la chaîne afin de mettre la main sur le ou les dealers. Sinon il faudrait libérer tous les individus emprisonnés pour des affaires de drogue et de cocaïne. 
Nassim Fateh