Un Franco-Algérien ex-cadre d'Al-Qaïda condamné à 14 ans de réclusion - DIA
28590
single,single-post,postid-28590,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Naamen Meziche

Un Franco-Algérien ex-cadre d’Al-Qaïda condamné à 14 ans de réclusion

DIA-17 février 2018: Un Franco-Algérien soupçonné d’avoir combattu aux côtés d’Al-Qaïda en Afghanistan a été condamné à 14 ans de prison aux assises de Paris jeudi.
Il était présenté par les services occidentaux comme un cadre historique d’Al-Qaïda : le Franco-Algérien Naamen Meziche, dit Abou Barae, a été condamné jeudi à 14 ans de réclusion aux assises de Paris pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

La justice reproche à cet homme de 47 ans, en détention depuis octobre 2013, de s’être rendu en Afghanistan pour combattre au côté du groupe terroriste. Il aurait fait allégeance à l’organisation djihadiste, suivi des entraînements militaires et combattu avant d’intégrer une unité destinée à commettre des attentats en Europe. À l’audience, l’accusé a expliqué s’être rendu en Afghanistan pour repérer un lieu pour faire la « hijra » avec sa famille (émigration vers une terre d’islam) et s’être retrouvé « coincé », contraint de rejoindre Al-Qaïda pour avoir une chance de retourner en Allemagne, où il résidait. Il a nié avoir prêté allégeance à l’organisation et, s’il a reconnu avoir été armé, affirmé ne pas avoir combattu.

L’avocate générale Maryvonne Caillibotte avait réclamé la peine maximale encourue, soit 20 ans de réclusion criminelle, pour « protéger la société », estimant ne pas avoir d’éléments pour affirmer que l’engagement djihadiste de l’accusé « n’était plus et ne serait plus jamais ». La magistrate a notamment pointé l’enseignement religieux, la formation aux armes et aux explosifs et l’apprentissage des techniques de communication sécurisées reçus par l’accusé, notamment au camp Badr d’Al-Qaïda lors de trois années passées, de mars 2009 à mai 2012, dans la zone pakistano-afghane auprès de l’organisation djihadiste. « L’accusé qui est dans le box n’est pas le diable, ni Al-Qaïda », avait plaidé son avocat, selon qui Meziche « n’a jamais véritablement appartenu à l’organisation terroriste, ni eu de velléité djihadiste ».