Google édite un doodle en hommage à M'hamed Issiakhem - DIA
32944
single,single-post,postid-32944,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Issakhem

Google édite un doodle en hommage à M’hamed Issiakhem

DIA-17 juin 2018: Le moteur de recherche le plus utilisé sur Internet a orné, à cette occasion, sa page d’accueil par un portrait en noir et blanc de artiste, un des pionniers de la peinture moderne en Algérie.

Né le 17 juin 1928 à Ait Djennad en Kabylie, M’hamed Issiakhem a fait ses classes à la société des Beaux-arts d`Alger en 1947, avant de rejoindre l`Ecole des Beaux-arts d`Alger, puis celle de Paris où il est admis après une exposition dans une galerie parisienne.

A 16 ans, il perd trois membres de sa famille et se voit amputé du bras gauche suite à la manipulation d’une grenade ramassée près d’un camp militaire français.

Artiste accompli touchant à tous les domaines des arts plastiques, M`hamed Issiakhem avait apporté sa touche, si particulière, à des œuvres cinématographiques et littéraires.

Fondateur de l`Union nationale des arts plastiques (Unap), il s’est aussi consacré, un temps, à l’enseignement et réalisé des billets de banques et des timbres postaux, outre les nombreuses fresques murales qui ornent les rues d’Alger.

M`hamed Issiakhem était aussi dessinateur de presse et créateur de décors pour des films comme « La voie » de Slim Riad ou « Poussières de juillet », réalisé pour la télévision algérienne avec son compagnon l’écrivain et dramaturge Kateb Yacine, qui l’avait affublé du surnom « oeil de lynx ».

Son style Issiakhem qui avait inspiré le mouvement « Aoucham » (Tatouage) à ses débuts par l’utilisation des tatouages berbères dans les portraits de femmes, demeure reconnaissable sur les fresques et décorations d’édifices et omniprésent dans l`enseignement des arts plastiques et dans les oeuvres d`un très grand nombre de plasticiens algériens. Issiakhem est décédé en décembre 1985 à Alger à la suite d’une longue maladie.