Hausse entre 200 et 500 000 DA des prix des véhicules montés en Algérie - DIA
39033
single,single-post,postid-39033,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-montage-vehicule

Hausse entre 200 et 500 000 DA des prix des véhicules montés en Algérie

DIA-29 décembre 2018: Les prix des véhicules montés en Algérie ont été augmentés en l’espace de trois mois entre 200 et 500 000 DA (20 et 50 millions de centimes), a-t-on constaté dans les show-rooms des différents constructeurs automobile en Algérie. Il faut cependant exclure les véhicules de marque Renault et Dacia dont les prix n’ont pas connu des augmentations notables. Cependant, les prix des autres marques ont été augmentés de manière subite et unilatérale.
Pis encore, ces prix sont appelés à être revus à la hausse une nouvelle fois à partir du mois de janvier 2019. Contactés par nos soins, plusieurs constructeurs automobiles qui ne font en vérité que de l’assemblage des véhicules, ont justifié ces augmentations par «la chute du dinar».
Devant cette situation, on assiste à une mévente des véhicules neufs et d’occasion. Les prix du neuf influent directement sur ceux de l’occasion d’où la flambée des prix au niveau des marchés des voitures d’occasion à travers le territoire national.
Le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, s’était étonné que les prix des véhicules montés en Algérie soient plus élevés que les prix des véhicules importés. En ce sens, il avait instruit les constructeurs automobiles en Algérie à prôner la transparence en matière des prix, ce qui avait amené ces constructeurs à baisser légèrement les prix, lesquels sont repartis à la hausse en ce mois de décembre.
Youcef Yousfi qui semble abdiquer devant le diktat des constructeurs automobiles en Algérie avait déclaré que les prix devraient baisser vers la fin 2019, ce qui ne semble pas être le cas puisqu’ils ont été augmentés récemment. Auparavant, le ministre avait déclaré qu’il faut attendre entre 20 ou 30 pour voir les prix baisser. L’attente s’annonce longue et les Algériens doivent faire montre de patience.
Amir Hani