Hommage à Guy Hennebelle, un critique engagé pour le cinéma algérien - DIA
32861
single,single-post,postid-32861,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-CAhier du cinéma

Hommage à Guy Hennebelle, un critique engagé pour le cinéma algérien

DIA-15 juin 2018: La revue CinémAction qui avait consacré dans le passé de larges couvertures sur le cinéma algérien, a sorti un numéro spécial en hommage de son fondateur Guy Hennebelle avec le titre évocateur: « Chroniques de la naissance du cinéma algérien : Guy Hennebelle, un critique engagé ». 

Ce numéro a été dirigé par Sébastien Layerle, spécialiste du cinéma militant et de l’audiovisuel d’intervention sociale, est maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paris 3 (Ircav) et surtout Monique Martineau-Hennebelle, épouse de Guy Hennebelle, co-fondatrice et directrice de publication de CinémAction. 

Fondateur des revues CinémAction et Panoramiques, Guy Hennebelle (1941-2003) a débuté sa carrière de journaliste et de critique en Algérie. « Tiers-mondiste engagé », il est chargé, en septembre 1965, de la rédaction d’une page hebdomadaire, puis quotidienne, sur l’actualité du cinéma, dans le quotidien El Moudjahid. Pendant trois ans, il écrit de nombreux articles sous le nom de plume de Halim Chergui. Cette expérience algérienne jouera un rôle décisif dans son parcours personnel et professionnel, consacré à la défense et à la promotion des cinémas militants et du tiers-monde. Cet ouvrage, publié à l’occasion des 40 ans de CinémAction, propose une sélection d’une centaine de ces textes, qui accordent une place essentielle aux premiers films du cinéma algérien et accompagnent la découverte de jeunes cinématographies, dans une période où Alger se situe au carrefour des pays non alignés. S’appuyant sur la programmation exceptionnelle de la Cinémathèque algérienne, Guy Hennebelle entretient un dialogue constant avec ses lecteurs. À travers ses chroniques, une pensée critique et politique se précise et s’affirme, guidée par une double exigence : la volonté d’informer largement et le refus de la complaisance.