Des hôtels de Blida prennent en charge gratuitement les familles des victimes du crash d'avion de Boufarik - DIA
30881
single,single-post,postid-30881,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-MINISTRE DE LA SOLIDARITE

Des hôtels de Blida prennent en charge gratuitement les familles des victimes du crash d’avion de Boufarik

DIA-12 avril 2018: Plusieurs hôtels de la wilaya  de Blida ont ouvert leurs portes à titre gratuit pour accueillir les familles des victimes du crash de l’avion militaire ayant fait 257 morts, mercredi à Boufarik. Il s’agit d’un geste spontané de solidarité avec ces familles meurtries, venues se renseigner sur les dépouilles de leurs proches.
Il s’agit de nombreuses familles venues des différentes wilayas du pays qui sont prises en charge par des hôtels privés, ce qui dénote de l’élan de solidarité des Algériens dans les moments de douleurs, comme ce fut le cas lors du séisme de Boumerdes en 2003 ou encore lors des inondations de Bab El Oued.
En plus de ces hôtels, deux centres d’hébergement ont été ouverts par la Direction de l’action sociale (DAS) de la wilaya de Blida pour accueillir ces familles. Aussi, des psychologues ont été sollicités au niveau des sièges de la Gendarmerie nationale pour la prise en charge psychologique de ces familles. Les deux centres relèvent du ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme.
Selon la ministre de la Solidarité nationale, Ghania Eddalia, « des instructions ont été données à la direction de l’action sociale, aux cellules de solidarité et à la société civile pour coordonner leurs actions avec la direction du développement social et les services de wilaya en vue d’intensifier et de renforcer l’action de solidarité au profit des familles des victimes, en leur assurant une prise en charge psychologique à même d’atténuer leur douleur, suite à cette pénible épreuve ».
Le numéro vert 1527 pour les familles et proches des victimes-martyrs du crash.
Par ailleurs, un numéro vert (1527) est mis de façon permanente à la disposition des familles et des proches des martyrs pour leur apporter toutes information, orientations ou aides psychosociales.  Pour rappel, la plupart des martyrs de ce tragique accident sont des personnels de l’Armée nationale populaire (ANP) ou des membres de leurs familles. L’appareil de type Illiouchine, qui devait assurer le vol Boufarik-Tindouf-Béchar s’est écrasé à 7h50 dans le périmètre de la base aérienne de Boufarik dans un champ agricole inhabité.
Amir Hani